Culture LoisirsNewsslide

Tueurs en séries et divertissements coréens: les tendances mondiales de la télé

Des fictions inspirées de faits réels ou qui mettent en scène des tueurs en série, des divertissements sud-coréens ou basés sur des jeux d’enfants : voici les principales tendances mondiale de la télévision présentées au MIPTV, grand-messe annuelle de l’audiovisuel qui se tient en ligne cette semaine.

Fictions : histoires vraies et tueurs en série

– Les tueurs en série et autres « cold cases » (enquêtes non résolues) ont la cote chez les diffuseurs, comme la BBC avec « The Pembrokeshire Murders » ou TF1 avec « La promesse ». Et parmi ces histoires, beaucoup sont basées sur des faits réels. C’est le cas des « Pembrokeshire Murders », tout comme du « Serpent » avec Tahar Rahim, créé par la BBC et qui vient d’arriver sur Netflix. On pense aussi à « La Traque », une fiction de TF1 en deux parties sur l’affaire Michel Fourniret et à « Parot » (Espagne), série inspirée par la remise en liberté de dizaines de criminels suite à un revirement judiciaire.

– Dans le même filon, « The red ripper » (l’éventreur rouge ») est une série russe consacrée au plus célèbre tueur en série de l’ère soviétique, surnommé aussi le « boucher de Rostov ». Et la série israélienne « Line in the sand », inspirée de faits réels, raconte la lutte d’un policier contre un gang qui a pris le contrôle de sa ville natale.

Divertissements : Corée du Sud et jeux d’enfants
– La Corée du Sud n’en finit pas d’inonder les écrans avec ses divertissements musicaux (en plus de ses fictions, comme « The Good Doctor »). Le phénomène « Mask Singer » en particulier, jeu lancé en 2015 où l’on doit deviner qui se cache derrière des chanteurs aux costumes élaborés, avait déjà importé avec succès aux Etats-Unis (Fox) ou en France (TF1). Depuis septembre il a été adapté dans 13 nouveaux pays d’après le cabinet de conseil The Wit, et il cartonne notamment en Finlande, en Israël et en Norvège. Dans son sillage l’émission concurrente « I can see your voice » (rebaptisée par M6 « Show me your voice »), née la même année, est en cours d’adaptations dans plusieurs pays.

– Les divertissements basés sur des jeux d’enfants ont le vent en poupe : ces émissions ludiques et familiales par excellence se basent sur des jeux universels, et jouent sur la nostalgie des téléspectateurs. C’est le cas de « Lego masters », lancé aux Pays-Bas en 2017 et qui vient d’être adapté en France par M6. les prochains succès pourraient venir du jeu de billes « Marble Mania » (Pays-Bas), aux décors spectaculaires ou de la compétition australienne autour du mini-golf « Holey Moley ».

– D’autres divertissements mêlent culture générale et défis physiques, comme « The money shot » (Allemagne), où les candidats doivent jeter une balle dans une cible de plus en plus éloignée, ou « Lightning » (Royaume-Uni) où ils doivent accomplir des jeux d’adresse. Dans « Bank balance » (Royaume-Uni) ils doivent carrément maintenir en équilibre des lingots d’or.

– Les chaînes font toujours preuve d’inventivité en matière d’expérimentation sociale: dans « Eating with the enemy » (Irlande), deux personnes aux opinions opposées tentent de trouver un terrain d’entente, et dans « Table for two » (Pays-Bas), une personne dîne avec un invité mystère, sans savoir si cela va déboucher sur des retrouvailles, révélations ou déclarations d’amour. « Caught in the Net » (Allemagne) met en garde contre les cyberprédateurs, grâce à des acteurs qui servent d’appât, avec des résultats glaçants. Plus apaisant, dans « Dr Paw » (Espagne) une psychologue travaille avec des animaux pour aider ses patients.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page