Mode-BeautéNewsslide

Vêtements connectés et NFT : quel avenir pour la mode ?

Les marques de luxe, toujours en quête de nouvelles expériences à faire vivre à leurs clientèles, commencent progressivement à embrasser les NFT (Non Fungible Tokens), gage de traçabilité et vecteur d’engagement. Dans le secteur du luxe, alors que les notions de traçabilité et d’expérience sont au coeur de tous les discours, les NFT seraient-ils l’avenir de la mode ?

Rappel : qu’est-ce qu’un NFT ?

Les NFT sont des jetons uniques et numériques attribués à un objet de valeur ou une œuvre d’art, permettant d’en vérifier la rareté et l’authenticité. Les acteurs de la mode et du luxe, souvent confrontés aux problèmes de contrefaçon, ont saisi l’importance du sujet et ont d’ores et déjà commencé à suivre cette tendance. En juin dernier par exemple, la Fédération de la haute couture et de la mode s’est alliée à l’expert de la blockchain Arianee afin de proposer aux membres accrédités de la Paris Fashion Week un accès à un NFT comportant une œuvre d’art numérique unique dotée de fonctionnalités permettant le partage sur les réseaux sociaux et une représentation en réalité augmentée. Plus récemment, pour célébrer l’anniversaire du couturier Karl Lagerfeld, la maison éponyme du créateur s’est lancée dans une série de créations digitales, reprenant sa silhouette sous forme de NFT.

Les NFT, une garantie de transparence.

Lier un produit physique à une clé virtuelle permet de garantir son authenticité et par corrélation, sa valeur financière… et durable. « L’idée, c’est de construire en amont une fiche associée au produit qui prouve que nous sommes bien le propriétaire, qui retrace l’historique du produit, et qui fait preuve de transparence quant aux matériaux utilisés pour sa fabrication » indique Pierre Nicolas Hurstel, CEO et co-fondateur de Arianee. Une transparence également bienvenue dans un secteur où le marché de la revente prend de plus en plus d’ampleur, permettant d’instaurer une relation de confiance entre le vendeur et l’acheteur de seconde main.

Les NFT, vecteurs d’engagement.

Les NFT offrent également l’avantage de projeter un produit physique dans un monde virtuel. Désormais les marques ne doivent plus simplement envisager le vêtement en fonction des éléments physiques qui le composent ; il faut qu’elles ajoutent de l’expérience autour de sa possession en réfléchissant à son utilité dans le monde numérique, en misant notamment sur la réalité augmentée et/ou le monde du gaming.

On peut aussi considérer qu’un NFT peut être obtenu en achetant ou en participant à une expérience, comme le fait de se rendre dans un pop-up store. « Le NFT peut être imaginé comme un nouvel élément d’engagement, comme un nouveau cookie à forte valeur ajoutée » précise Pierre Nicolas Hurstel.

En ayant un aperçu des différents tokens que possèdent leurs clients, les marques ont également la possibilité de bâtir des stratégies de fidélisation autour de ce sujet. « Si j’ai obtenu un token parce que j’ai acheté un vêtement lors d’un premier drop, peut-être aurais-je un accès prioritaire au drop suivant. Si je possède deux objets digitaux d’une même marque, peut-être que celle-ci va m’offrir la possibilité de créer une sneaker, ou un hoodie, sur lequel sera imprimé des éléments de mes objets digitaux… Tout est une question de création de communauté et d’engagement futur de la création » analyse Pierre Nicolas Hurstel.

Source: Journal du Luxe 

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page