Le pouvoir d’achat menacé

Pouvoir achat 23 avril 16

Pouvoir achat 23 avril 16

Quelle ambition a le gouvernement pour le pouvoir d’achat du marocain moyen ? Les dernières fuites relatives au dialogue social en donnent quelque détail. Un article paru dans le journal arabophone Assabah du 22 avril 2016 explique que pour le chef du gouvernement «l’augmentation des salaires est une ligne rouge». Abondant dans le même sens, un article de L’Economiste, relatant les négociations gouvernement-syndicats tenues à huit-clos le 20 avril, donne plus de détails. «La plateforme de travail présentée par le gouvernement aux partenaires sociaux fait l’impasse sur l’augmentation des salaires, la baisse de l’IR et la déduction fiscale des frais de scolarité», affirme l’article. «Le gouvernement cherche des garanties sur le dossier des retraites avant d’avancer sur l’IR », expliquent des sources bien informées au journal casablancais. L’orientation du gouvernement est donc claire : améliorer les finances publiques, libéraliser davantage l’économie et le service public, entretenir au compte-gouttes le pouvoir d’achat des consommateurs, ceux de la classe moyenne en particulier.

                       

En chiffres

Pour les masses des travailleurs voilà ce que propose Benkirane:

Allocations familiales : hausse de 100 dirhams pour les porter à 300 pour chacun des 3 premiers enfants. Et 100 de plus à partir du 4èmeenfant pour atteindre 136 dirhams.

Les syndicats demandent un alignement du niveau de l’ALF et son augmentation à 400 dirhams.

Augmentation de l’allocation de naissance de 150 à 500 dirhams

Pension minimale : portée à 1.500 dirhams.

Les syndicats demandent son alignement sur le SMIG pour la porter à 2.570 dirhams

Les autres mesures portent notamment sur l’élargissement de la protection sociale: extension de la couverture maladie pour intégrer les ascendants pour le secteur public, une loi sur les accidents de travail et les maladies professionnelles dans le public, et une couverture médicale pour les indépendants.

En gros, des mesurettes en guise de pansements mais rien qui soit de nature à préserver le pouvoir d’achat des consommateurs ou à élargir par le haut l’étendu des classes moyennes.

 

Commentaire Facebook