Bien-Etre SantéNewsService publicslide

3.000 marocains meurent chaque année de la tuberculose

Malgré les efforts déployés par le gouvernement et les acteurs de la société civile, la tuberculose continue de sévir au Maroc, avec près de 30.000 malades et 3.000 décès annuellement. Cet article est une revue de presse du quotidien Al Ahdath Al Maghribia.

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose,  l’Association nationale de sensibilisation et de prévention de la tuberculose (ANSPT) indique que 29.300 Marocains sont atteints par cette maladie qui cause 3.000 décès annuellement.

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte, dans son édition du vendredi 25 mars, que ces chiffres inquiétants doivent pousser le gouvernement et la société civile à conjuguer leurs efforts pour lutter contre cette maladie.

Pour ce faire, poursuit l’ ANSPT, il est nécessaire de s’attaquer à la souche résistante aux médicaments et à la tuberculose multirésistante tout en veillant à augmenter le budget du programme national de lutte antituberculeuse (PNLAT) qui enregistre un déficit de 37%.

La même source souligne que la tuberculose est l’une des maladies infectieuses les plus meurtrières au monde. Elle tue quotidiennement  4.000 personnes et en contamine près de 30.000. Face à la gravité de la situation au Maroc, la cour des comptes a procédé au contrôle et à l’évaluation de la gestion du PNLAT durant la période 2010/2019. A travers l’analyse de la situation épidémiologique et l’évolution de la tuberculose dans notre pays, il s’est avéré que le taux de diagnostic de la maladie, dans toutes ses variantes, n’a pas connu d’amélioration.

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte que le taux de réussite du traitement antituberculeux n’a connu aucune évolution sensible tandis que la moyenne des malades ayant interrompu le traitement est restée statique à 8%.

L’autre constat montre que la plupart des efforts sont concentrés essentiellement sur la tuberculose pulmonaire malgré l’augmentation des contaminations par les tuberculoses extrapulmonaires. Par ailleurs, les malades atteints par la tuberculose multirésistante sont confrontés à beaucoup de problèmes puisque seuls deux établissements hospitaliers les prennent en charge, en l’occurrence les CHU de Rabat et de Casablanca.

Encore faut-il ajouter que le Programme national de lutte antituberculeuse (PNLAT) est centralisé par le service des maladies pulmonaires relevant de la direction de la science des épidémies au ministère de la Santé. Lequel service est chargé de coordonner les actions et les activités du PNLAT avec les principaux intervenants au niveau des régions, provinces et préfectures ainsi qu’avec le réseau des laboratoires de la tuberculose.

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page