Finances-CréditHightechNewsService publicslide

Malgré l’interdiction, le succès phénoménal des cryptomonnaies au Maroc

Prohibées, les cryptomonnaies font fureur au point que certains y voient une menace pour le système financier. La Banque centrale envisage leur réglementation mais sans que des effets suivent. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Les Inspirations Eco.

Si les transactions en monnaie virtuelle constituent officiellement une infraction à la réglementation des changes au Maroc, les cryptomonnaies ont la cote dans le pays. On estime que le nombre de personnes qui en détiennent au Maroc a atteint 1,15 million d’individus en 2022. D’ailleurs, le Royaume est classé 14e mondial sur 146 pays, ce qui le place parmi ceux où les cryptomonnaies sont les plus utilisées, indique le quotidien Les Inspirations Eco dans son édition du mardi 7 février.

Mais cet engouement n’est pas sans risque. Pour protéger les utilisateurs et sortir cette monnaie controversée de la clandestinité, le gouverneur de Bank Al-Maghrib a annoncé, en décembre dernier, que le projet de loi relatif à la réglementation des cryptoactifs était prêt, et que même la création d’une cryptomonnaie officielle, émise par BAM, était envisageable. «Nous attendons toujours de voir ce qu’il en sera. Mais pour l’instant, l’efficace lutte contre l’inflation et les problématiques de l’état social sont les principaux chantiers qui intéressent le gouvernement Akhannouch.», estime Khalid Doumou, économiste, cité par le quotidien.

Après plusieurs mises en garde, Bank Al-Maghrib et l’Autorité marocaine du marché des capitaux, en tant qu’organismes régulateurs, ainsi que l’Office des changes ont exhorté, en avril dernier, les personnes physiques et morales, qui continuent d’utiliser les monnaies alternatives, à se conformer strictement à la règlementation en vigueur en la matière.

Pour ces établissements, il s’agit d’une activité non régulée et caractérisée par une grande volatilité et par l’absence de toute protection pour le consommateur. Il s’agit d’un système d’autant plus pervers qu’il apparaît comme attractif et facile d’usage. Ce procédé est également susceptible d’être utilisé à des fins illicites, en particulier pour le blanchiment de capitaux ou le financement d’activités criminelles.

Les Inspirations Eco rappelle que la cryptomonnaie est définie comme un «actif numérique non gouvernemental fondé sur une combinaison d’algorithmes cryptographiques dont l’existence et le transfert sont confirmés et enregistrés sur un registre distribué sur un réseau d’ordinateurs indépendants».

La cryptomonnaie s’est effondrée après une année record. Le Bitcoin représente 41% du marché mondial des cryptoactifs, Ethereum 18%, Tether 6%, les 35% restant étant dilués entre un très grand nombre de sociétés. La valeur du marché mondial des cryptomonnaies a chuté de 2,5 trillions à 1 trillion de dollars seulement entre fin 2021 et fin 2022. Le besoin de relance de la croissance de l’économie réelle à l’échelle mondiale a fait que cette niche financière a connu une sévère série de faillites.

Source: le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page