Finances-CréditNewsslide

CDM : un titre à “conserver”

CDG Capital Insight a recommandé, dans une récente note d’analyse sur les perspectives du marché actions, de “conserver” le titre ” Crédit du Maroc ” (CDM) dans les portefeuilles, tablant sur un cours cible de 607 dirhams.

“La valorisation du groupe sur la base d’un DCF conduit à un cours théorique de 607 dirhams, soit un potentiel de hausse de 1,7% par rapport au cours de clôture du 09/02/2023. Ainsi, en se basant sur l’échelle de recommandation de CDG Capital Insight, nous recommandons de conserver le titre CDM”, indique CDG Capital Insight dans cette note intitulée “les perspectives du marché actions face à des enjeux systémiques”.

Avec niveaux de PE et PB de 11,5x et 1x respectivement en 2022, le groupe bénéficie des niveaux de valorisation attractifs comparés aux moyennes de l’échantillon national, fait savoir la même source.

Dans cette note, les analystes de CDG Capital Insight soulignent que CDM fait preuve d’un dynamisme commercial et continue de déployer plusieurs efforts pour le développement de son activité à travers son plan d’investissement “TAJDID”.

Et d’ajouter “nous tablons sur une hausse de 5,9% du PNB du groupe pour s’établir à 2,60 milliards de dirhams (MMDH). Cette progression traduit notamment une bonne tenue de la croissance des crédits et dépôts bancaires couplée à une quasi-stabilité de la marge d’intermédiation”.

Par ailleurs, le coefficient d’exploitation devrait s’élever à 54,6% à fin 2022 contre 54,3% en 2021 selon les estimations tenant compte de l’impact des charges liées à leur programme d’investissement “TAJDID”. De ce fait, le résultat brut d’exploitation devrait augmenter de 5,1% à 1,182 MMDH.

Au niveau des indicateurs de risque, CDG Capital Insight table sur un coût du risque à 193 millions de dirhams (MDH) à fin 2022, en forte hausse par rapport à 2021 suite à la non récurrence d’une provision exceptionnelle d’un montant de 170 MDH constatée l’année dernière.

Le ratio coût du risque correspond donc à 0,38% de l’encours brut, soit un ratio qui demeure inférieur à la moyenne historique, traduisant la gestion anticipative du groupe retenue en 2020 pour faire face à la pandémie. De ce fait, le résultat d’exploitation devrait afficher une baisse de 6,8% à 989,1 MDH.

Au final, le RNPG est prévu à 564,2 MDH en 2022 contre 627,4 MDH en 2021, soit une baisse de 10,1%. Ainsi, la marge nette devrait se situer à 21,7%.

Source: MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page