Motos: un million de hors la loi au Maroc?

motos immatriculation 29 juin 2016 auto moto

motos immatriculation 29 juin 2016 auto moto

La campagne anti-mika éclipse bon nombre d’autres délais aussi fatidiques. Par exemple, à ce même premier juillet se termine le délai de grâce sur l’homologation des motos. L’Economiste du 29 juin 2016 rapporte qu’elles sont près d’un million de motos à ne pas avoir encore accompli les procédures nécessaires pour avoir sa fameuse plaque d’immatriculation. Le risque est de se voir recaler chez les assureurs pour faute de conformité aux exigences réglementaires.

Par homologation on entend deux types : enregistrement pour les motos dont le cylindré est inférieur à 50 cm3 et l’obtention d’une carte grise pour celles d’au-dessus. Cela en plus de disposer d’un certificat de propriété et d’un permis de conduire.

Le gouvernement Benkirane avait sorti cette mesure entre autres pour améliorer ses recettes fiscales. Mais le coût parfois élevé des frais dont il faut s’acquitter a constitué une sérieuse entrave devant les contribuables propriétaires (par exemple : pour les +50 cm3, les frais de dossier s’élèvent à 1.400 DH!). Pour contourner cette barrière, bon nombre d’importateurs ont du sous-déclaré la capacité des engins importés. Le consommateur acheteur, par méconnaissance ou par opportunisme, va dans le même sens. Sauf qu’en cas de sinistre, explique L’Economiste, les assureurs pourront ne pas dédommager les motocyclistes pour cause de fausse déclaration. La population des tri-porteurs est particulièrement concernée. Ils sont 4.000 à être dans ce cas de figure affirme le quotidien.

Bref. C’en est un de ces interminables engrenages provoqués par le gouvernement Benkirane et dont l’issue paraît de plus en plus lointaine.

               

Commentaire Facebook