Confiance des ménages: faut-il s’attendre à une explosion de la tension sociale?

Le moral des ménages marocains continue sur sa tendance baissière enclenchée depuis plus d’un an. C’est la conclusion à retenir de la dernière enquête HCP sur le moral des ménages au 3ème trimestre 2019. Ainsi, le taux de confiance ressort à 74,8 points, au lieu de 74,9 points enregistrés le trimestre précédant et 82,5 points une année auparavant.

Ainsi, dans le détail, pour le niveau de vie seule une minorité de 23,6% déclare une amélioration. Cela quand 43,9% des ménages déclarent une dégradation et 32,5 % un maintien au même niveau (le légendaire hamdoulah bien de chez nous).

La situation financière confirme la détérioration du niveau de vie. En effet, plus du tiers des sondés déclarent s’endetter pour arrondir les fins de mois et 61,5% des ménages estiment que leurs revenus couvrent (à peine?) leurs dépenses. Seule une poignée de 4,5% des sondés a déclaré épargner une partie de ses revenus.

Cette baisse du pouvoir d’achat est en partie due à l’augmentation des prix. A ce niveau, “83,9% des ménages déclarent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion minime des ménages (0,1%) qui ressentent leur diminution”, affirme une note du HCP. Pis, “au cours des 12 prochains mois, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter selon 83,4% des ménages”.

Le pessimisme est également manifeste au sujet de l’emploi. Ainsi, une majorité écrasante de 79,7% s’attend à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois.

En somme, tous les éléments d’un ras le bol social sont réunis. Il faut tout de même relativiser ce constat en rappelant qu’en matière d’Indice de Confiance des Ménages (ICM), le pays a connu pire il y a seulement 3 ans avec un ICM à 74,1% au T1 2016, soit à la fin du mandat du gouvernement Abbdeliah Benkirane et que l’ICM a connu son plus haut depuis 2008 au cours du mandat El Othmani, avec 87,1% au T1 et T1 2018.

 

 

Commentaire Facebook