Bien-Etre SantéFinances-CréditNewsslide

Vaccination anti-covid: le succès profite à l’économie nationale

Le succès de la campagne de vaccination anti-coronavirus, illustré par un taux de vaccination élevé, profitera à l’économie nationale sur l’ensemble de l’année 2021, a estimé, Beata Javorcik, économiste en chef à la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD).

« Cette année, l’économie marocaine est tirée par le secteur agricole, qui a bénéficié des fortes précipitations, le renforcement des exportations du phosphate et de l’automobile, ainsi que le taux de vaccination élevé », a dit Mme Javorcik dans un entretien accordé la MAP à l’occasion de la publication du rapport de la BERD sur les perspectives économiques régionales.

Dans ce sens, cette économiste, qui a rappelé que la BERD a revu à la hausse sa prévision de croissance au Maroc à 5% en 2021, a fait valoir que le succès de la campagne de vaccination devrait contribuer à la relance du tourisme durant les prochaines saisons.

S’agissant de l’année 2022, la Banque prévoit une croissance de 3,2%, alors qu’elle tablait sur une taux de 3,5% dans sa prévision de juin dernier, a indiqué Mme Javorcik, insistant sur l’importance de poursuivre les efforts pour réduire le taux de chômage et encourager l’emploi des jeunes, accélérer la digitalisation et promouvoir le secteur privé.

Ainsi, elle a relevé que la digitalisation permettrait, potentiellement, de créer des opportunités pour exporter les services et les compétences grâce au travail à distance, précisant que cela requiert un accès sûr à une connexion internet rapide et un bon climat des affaires qui encourage et facilite l’entrepreneuriat.

Aussi, Mme Javorcik a estimé que la transition bas-carbone dans l’Union européenne représente un marché clé pour le Maroc.

« Nous nous attendons à un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières. Cela signifie que les pays qui peuvent fournir un accès à des sources d’énergie propres seront perçus comme de meilleurs emplacements pour l’industrie. Ainsi, l’énergie propre serait un gage de compétitivité », a-t-elle expliqué.

Par ailleurs, Mme Javorcik a noté que le rapport de la BERD fait également état d’une révision à la hausse des prévisions de croissance pour la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen (région SEMED) à 4,2% en 2021 et à la baisse à 4,4% en 2022.

Pour le prochain exercice, la Banque prévoit un retour de croissance du PIB/habitant aux niveaux pré-pandémie pour les pays qui n’ont pas une croissance démographique rapide.

Les pays de la région du SEMED, qui connaissent une croissance démographique plus rapide, notamment le Maroc, ne pourront revenir à leur niveau de croissance de PIB/habitant d’avant la pandémie qu’à partir de 2023, a estimé Mme Javorcik.

Source: MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page