Bien-Etre SantéFood-BoissonsNewsService publicslide

Stress hydrique: l’ONEE annonce des coupures d’eau programmées dans plusieurs villes 

L’Office devrait procéder, à compter de cette semaine, à des restrictions de l’alimentation en eau dans certaines grandes villes. Explications dans cette revue de presse tirée du quotidien Al Ahdath Al Maghribia.

L’ONEE vient de mettre en place un programme de restriction d’alimentation en eau potable dans plusieurs grandes villes. Dans les villes concernées, l’eau potable ne sera disponible que quelques heures par jour. Ainsi, l’Office est sur le point d’annoncer une programmation des heures de coupure d’eau pour chaque ville. C’est du moins ce que rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du lundi 19 septembre. Le journal, qui n’a pas précisé de quelles villes il s’agissait, soutient que cette mesure devrait entrer en vigueur à compter de cette semaine.

D’après le quotidien, cette mesure a été prise car la campagne de sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l’eau, lancée par le ministère de tutelle, n’a pas donné les résultats escomptés. La campagne menée, en parallèle, par le ministère de l’Intérieur en direction de certaines activités fortement consommatrices en eau potable, ne semble pas non plus atteindre son objectif, à en croire le quotidien.

Les autorités ont donc décidé de durcir les mesures de réduction de consommation d’eau potable, la situation devenant intenable. En effet, souligne le quotidien, le niveau des réserves dans les barrages ne cesse de baisser de semaine en semaine. Aujourd’hui, vu la situation, le pari de l’Office n’est plus d’alimenter en continu les grandes villes en eau potable, mais de garantir le niveau minimal en alimentation de cette denrée qui se fait de plus en plus rare.

Selon le quotidien, c’est le dernier recours pour faire face à une exceptionnelle année de sécheresse, en attendant le retour des pluies et la reconstitution des réserves des barrages et des nappes phréatiques. Le quotidien rappelle que le Maroc a déjà connu des périodes de sécheresse, mais celle de cette année est la pire en quarante ans. Cependant, la situation aurait pu être moins grave si le programme qui avait été tracé en matière de mobilisation des ressources en eau n’avait pas connu autant de retard.

C’est d’ailleurs pour cette raison, notons-le, que lors de la dernière réunion du conseil de gouvernement, le ministre de l’Equipement, Nizar Baraka, a mis l’accent sur la nécessité de poursuivre et d’accélérer la cadence de mise en œuvre du programme des grands et petits barrages dans le cadre du programme national pour l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation 2020-2027. Et ce, dans le but de hausser la capacité de stockage pour atteindre 24 milliards de m3 à l’horizon 2030.

Le ministre a également relevé la nécessité d’élargir le programme d’exploitation des eaux usées traitées dans l’arrosage des espaces verts, d’améliorer l’efficacité des réseaux de distribution, d’accélérer la cadence de réalisation des stations de dessalement d’eau de mer à Casablanca, Safi, El Jadida et Nador, et d’accélérer la réalisation de la tranche d’urgence du projet d’interconnexion des bassins du Sebou-Bouregreg.

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page