Bien-Etre SantéNewsService publicslide

Lydec poursuit sa mobilisation pour sécuriser l’alimentation de la métropole en eau potable et propose des solutions pour limiter l’impact du stress hydrique

« Accélérer le changement » est le thème retenu cette année pour la Journée mondiale de l’eau, qui a lieu chaque 22 mars. L’objectif est de sensibiliser le public sur l’importance de la préservation de cette ressource vitale et d’inciter les parties prenantes à prendre des mesures urgentes pour résoudre la crise de l’eau et de l’assainissement.

La gestion durable de la ressource en eau a toujours été un enjeu stratégique pour Lydec qui opère dans la métropole casablancaise, un territoire marqué par une urbanisation galopante et un besoin accru en infrastructures. Dans le cadre de sa Feuille de route développement durable 2030, articulée autour de 3 engagements et 12 objectifs stratégiques au service du développement durable de la Région de Casablanca-Settat, Lydec s’engage notamment à agir en faveur de la gestion durable des ressources naturelles, de la biodiversité, et du climat. Elle se fixe parmi ses objectifs de développer des solutions pour la gestion durable de la ressource en eau, d’agir pour la préservation des milieux récepteurs et de s’adapter aux changements climatiques.

Réaliser des économies d’eau au niveau du réseau de distribution
Lydec se mobilise en permanence pour optimiser le rendement et la performance de son réseau de distribution d’eau potable. En 2022, une année marquée par un stress hydrique sans précédent, l’entreprise a renforcé son plan d’amélioration du rendement, ce qui lui a permis de réaliser une importante économie d’eau. Il s’agit d’un plan d’actions axé sur l’optimisation du fonctionnement du réseau et l’amélioration de la réactivité de la recherche des fuites d’eau, à travers :

• L’utilisation renforcée du système de pilotage du rendement en temps réel «Aquadvanced» ;

• La sectorisation hydraulique du réseau : 100% du réseau d’eau potable de distribution géré par Lydec (plus de 7.000 km) sont couverts par la sectorisation permanente (maille 80 km). Cette technique permet d’avoir des mailles de plus en plus fines au niveau du réseau et d’assurer une meilleure exploitation ;

• La multiplication, par plus de 5, du linéaire prospecté par la technologie «Smart Ball» pour la détection des fuites d’eau, passant d’une moyenne de 20 à 115 km de réseau prospecté ;

• Le renforcement du parc des détecteurs acoustiques fixes des fuites en changeant la technologie GSM par la radio. Le parc s’élève aujourd’hui à plus de 2.800 détecteurs et l’objectif est d’atteindre 4.000 appareils en 2024. En 2022, l’entreprise a «écouté» 19.650 km de réseaux lors des opérations d’inspections nocturnes. Les équipes de Lydec ont pu détecter et réparer, l’année dernière, près de 19.000 fuites d’eau au niveau des conduites, des
branchements et des postes de comptage ;

• La modulation de la pression d’eau sur 50% du réseau délivrant une pression optimale (inférieure à 6 bars): Lydec surveille et réajuste les consignes de pression au niveau de 147 points de mesure installés, et ce, en fonction des appels et du tirage. Outre l’économie de la ressource, la modulation permet de ne pas avoir des pressions importantes qui augmenteront les risques de fuites sur le réseau.

L’ensemble de ces actions ont permis de réaliser, en 2022, une économie de 10 millions de m³ d’eau, soit l’équivalent de la consommation d’une petite ville. Grâce à une stratégie intégrée de recherche et de réparation des fuites d’eau, Lydec a économisé 84 millions de DH de m³ d’eau par rapport à 1997, année de démarrage de son activité.

Investir pour renforcer les infrastructures et sécuriser l’alimentation
Outre les actions visant à économiser la ressource en eau sur son réseau de distribution et dans son fonctionnement interne, Lydec mobilise d’importants investissements pour renforcer les infrastructures de l’eau potable, sécuriser l’alimentation de la métropole en cette ressource vitale et accompagner ainsi son développement urbain. Ceci passe par le renforcement de la capacité de stockage et la restructuration du réseau avec un maillage de tous les étages de distribution.

Lydec a mené, à titre d’exemple, de grands projets d’alimentation en eau potable au niveau des zones d’extension, à savoir Mansouria, Ryad Sidi Hajjaj et Errachad. L’entreprise a réalisé aussi le projet de sécurisation Nord-Sud de Casablanca qui permet la sécurisation de l’alimentation en eau potable de la zone Sud du périmètre de la Gestion Déléguée à partir des conduites de Bouregreg.  Cette zone (communes de Bouskoura, Ouled Saleh, Médiouna, El Mejjatia Ouled Taleb, Lahraouiyine…) connaît, en effet, une expansion urbaine très importante.

Lydec poursuit également ses efforts d’investissements dans de grands projets de renforcement des capacités de stockage avec la réalisation de trois nouveaux réservoirs à Mansouria, Bouskoura et Sidi Hajjaj. Aujourd’hui, Lydec programme un projet de sécurisation au niveau de la zone Ouest de Casablanca qui permettra d’alimenter les zones de Dar Bouaaza, Errahma et Lakroussa, à partir des conduites de Bouregreg. Ces dernières sont alimentées actuellement via les conduites de la SEOER/Daourate.

A noter que les investissements de la Gestion Déléguée dans les projets d’alimentation en eau potable
ont atteint 7 milliards de DH depuis 1997.

Réutiliser les eaux usées pour l’arrosage des espaces verts
Dans ce contexte de stress hydrique, la réutilisation des eaux, dans les process au niveau des ouvrages d’épuration ainsi que pour l’arrosage des espaces verts, représente un des leviers d’adaptation au changement climatique. Les préconisations du schéma directeur d’assainissement liquide du Grand Casablanca -volet épuration et réutilisation- ont connu une évolution très significative avec la réalisation de plusieurs projets d’épuration avec la composante de réutilisation.

Il s’agit desStations d’épuration des eaux usées (STEP) de Médiouna (d’une capacité de 3.800 m³/j), des abattoirs de Casablanca (1.200 m³/j) et de la zone industrielle Sapino (2.000 m³/j). A noter que la STEP de Médiouna est certifiée selon la norme ISO 14001 et atteint une qualité d’épuration qui permet la réutilisation des eaux pour l’irrigation. Un espace expérimental d’agriculture urbaine a été aménagé par la Fondation Lydec et l’ARADD sur le site de la station pour démontrer que les eaux usées traitées par la STEP peuvent être utilisées pour l’arrosage de 80 espèces végétales.

Lydec a mis à la disposition des autorités ses moyens d’études pour assurer l’acheminement des eaux usées traitées des STEP de Médiouna et des abattoirs vers les lieux d’utilisation, pour l’arrosage des espaces verts. Il s’agit d’une d’économie d’eau de 5.000 m³ par jour, soit 1,8 million de m³ d’eau par an. D’autres projets d’épuration sont en cours de réalisation au niveau des zones périphériques, à savoir la STEP de Nouaceur (3.600 m³/j) et l’extension de la STEP de Médiouna (3.800 m³/j).

Sensibiliser à l’importance de l’eau
Dans le cadre de son dispositif de sensibilisation déployé à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, la Fondation Lydec participe à l’organisation de « la Semaine Eau 2023 », du 21 au 23 mars, en partenariat avec l’Association des Enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre (AESVT). L’idée est de suivre le chemin d’une goutte d’eau de l’usine de traitement vers le laboratoire d’analyse de l’eau « Labelma », avant d’arriver à la « STEP de Médiouna » ou à la station de pré-traitement des eaux usées « Eaucéan ». L’opération cible une soixantaine de participants (élèves, professeurs, acteurs privés, médias…).

Pour rappel, Lydec a lancé, il y a une année, son plan d’actions anti-sécheresse visant à gérer la pénurie d’eau sur le périmètre de la Gestion Déléguée, selon trois seuils de surveillance (vigilance, alerte et crise). Un dispositif de communication et de sensibilisation à la préservation de la ressource a été aussi déployé au profit des différentes parties prenantes.

Source: Communiqué officiel

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page