Food-BoissonsNewsService publicslide

Poissons : Une offre abondante à prix stables

En ce début de Ramadan, l’offre en produits de la mer est abondante et diversifiée au niveau des principaux marchés de gros à travers le Royaume et d’intenses efforts sont déployés pour assurer la stabilité des prix du poisson, dont la demande flambe en cette période.

Une simple visite au marché de gros de poissons de Lahraouiyine à Casablanca suffit pour se rendre compte de la richesse du terroir pélagique national et de la vitalité de l’industrie poissonnière marocaine.

Il est 6 heures du matin, mardi, lorsque les derniers camions se dépêchent de franchir le portail de cette structure mythique de la capitale économique joue un rôle clé dans l’approvisionnement en poissons frais de l’essentiel des villes du Royaume.

Une fois pesés sur le pont-bascule, les camions transportant les débarquements du jour en provenance des principaux ports de pêche marocains, notamment des provinces du Sud du Royaume, se dirigent vers les emplacements prévus pour le déchargement au niveau du hall de la criée.

Ces acheteurs à la source, appelés mareyeurs, ouvrent alors le bal des échanges aux commerçants venus de l’intérieur des terres, déclenchant une intense activité de négociation de gré à gré sous l’œil attentif des autorités prêtes à réagir au moindre signe de spéculation ou de comportement délictueux.

Car la question des prix du poisson est prise très au sérieux par les administrateurs du marché de Lahraouiyine représentant le département de la Pêche maritime, l’Office national des pêches, et les autorités locales.

C’est ce qu’a affirmé Mohamed El Ouadaa, délégué régional du département de la Pêche maritime de Casablanca, soulignant la mobilisation du ministère de tutelle avec ses partenaires pêcheurs, armateurs et mareyeurs, dans l’objectif de garantir la stabilité des prix du poisson à un niveau cohérent avec le pouvoir d’achat de l’ensemble des citoyens.

Le prix du poisson reste toutefois conditionné par un ensemble de facteurs, principalement la loi de l’offre et de la demande, l’offre étant à son tour tributaire de plusieurs paramètres, notamment le niveau de l’effort de pêche et surtout les conditions météorologiques et climatiques, a-t-il expliqué.

M. El Ouadaa est également revenu sur les récentes évolutions des prix du poisson depuis l’avènement du mois sacré. Jeudi dernier, premier jour de Ramadan, la quantité échangée au niveau du marché de Lahraouiyine approchait les 280 tonnes, dont 43% de sardines, avec un prix médian de 5,22 dirhams le kilogramme de sardines.

En effet, a-t-il poursuivi, les premiers jours du mois de Ramadan, en l’occurrence jeudi et vendredi, ont été marqués par des conditions météorologiques moyennement favorables pour la sortie de la flotte de pêche. Vendredi, les débarquements arrivés au marché de Lahraouiyine se sont établis à 160 tonnes, avec une part de 62% de sardines à 5,5 dirhams le kilogramme.

Les quantités de poisson ayant transité ces deux jours par le marché de Casablanca a été maintenue à un niveau relativement stable grâce aux efforts concertés du département et la mobilisation des mareyeurs, avec des prix partiellement abordables en fonction des produits, a noté M. El Ouadaa.

Par contre, en raison du mauvais temps, la flotte est restée accostée samedi, dimanche et lundi derniers au niveau des principaux ports de pêche du Royaume, notamment dans les provinces du Sud, et l’offre de poisson fût restreinte.

Pour ce qui est de la hausse des prix observée samedi, dimanche et lundi, le délégué régional explique cette tendance par des conditions météorologiques défavorables, le mauvais temps ayant agi négativement sur la quantité des débarquements et par voie de conséquence sur l’offre.

Ces trois derniers jours, les volumes respectifs échangés étaient de l’ordre de 98 tonnes, dont 13% de sardines (prix moyen de 9,68 dirhams le kilogramme), 35 tonnes pour 8% de sardines (12,89 dirhams) et 90 tonnes avec une part de 36% de sardines au prix moyen de 10,26 dirhams le kilogramme.

Mardi, la situation semble être revenue à la normale, à la faveur d’une disposition météorologique favorable et des efforts de mobilisation des mareyeurs par le département pour approvisionner les marchés de gros en grandes quantités dans la perspective de stimuler la baisse des prix du poisson.

Pour cette seule journée, près de 700 tonnes de poissons ont été acheminés vers le marché Lahraouiyine de Casablanca, soit une progression de 250% par rapport au volume transité jeudi dernier, dont 306 tonnes de sardines avec un prix moyen de 6,75 dirhams le kilogramme.

Sous réserve d’une météorologie favorable, M. El Ouadaa prévoit une tendance baissière des prix du poisson dans les jours à venir, grâce à l’implication de l’ensemble des opérateurs dans le cadre de l’action de la cellule de suivi de l’approvisionnement et des prix mise en place par le département de tutelle en perspective du mois de Ramadan.

Dans une déclaration similaire, El Hassan Chafai, mareyeur et président de l’Association du marché de gros de poissons de Casablanca, a rassuré quant à la situation des prix, justifiant les récentes évolutions par le mauvais temps habituel en cette période de l’année qui met à rude épreuve les pêcheurs.

“L’activité de la pêche dépend de l’état de la mer, lorsqu’elle est propice, les débarquements sont abondants, mais lorsqu’elle est défavorable, la quantité de poissons disponible sur le marché est réduite”, a-t-il soutenu.

Les prix du poisson restent la plupart du temps abordables pour les consommateurs, a estimé M. Chafai, soulignant la qualité et la disponibilité des produits à satisfaire toutes les bourses.

Mardi, le prix de la sardine a oscillé autour de 6 dirhams le kilogramme avec une tendance à la baisse. Si les conditions météorologiques restent les mêmes, les tarifs devront diminuer davantage aux alentours de 4,5 dirhams dans les prochains jours, a-t-il estimé.

Ce mercredi, le prix de la sardine varie entre 4 et 5 dirhams le kilogramme, au niveau de Casablanca, Fès et Marrakech.

Il est à rappeler que la récente note du Haut-Commissariat au Plan relative à l’indice de prix à la consommation (IPC) avait fait état d’une hausse de 20,1% des prix des produits alimentaires en glissement annuel pendant le mois février 2023. En revanche, les prix des “Poisson et fruits de mer” avaient enregistré une diminution de 1% sur cette même période.

Source: MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page