Culture LoisirsHôtels-VoyagesNews

Découvrez nos recommandations d’hébergement et de restauration à Tanger, la ville blanche

Des falaises perchées sur la mer du parc Perdicaris à la blanche Kasbah en passant par les lieux culturels portés par des créatifs inspirés, la belle cité marocaine devient un nouvel épicentre du tourisme. Nos adresses pour s’immerger dans ses lumières.Elle n’a pas l’aura de Marrakech, ni son effervescence (sauf en plein été) ni même son goût de la fête. À l’écart des circuits, ce qui lui permet d’imposer sereinement sa différence, Tanger reste une ville singulière.Face au détroit de Gibraltar, à 14 kilomètres des côtes espagnoles d’où son appétit pour les tapas, les churros et les produits de la mer, cette cité de collines pétrie d’influences depuis l’époque phénicienne, happe les voyageurs avec son charme vintage authentique et ses panoramas photogéniques sur la Méditerranée. Entre visites, restaurants, salons de thé ou hôtels, nos meilleures adresses.

Que visiter à Tanger ?

TANGER CÔTÉ NATURE

Parc Perdicaris

Si vous y allez en taxi demandez la forêt de Rmilat (à 6 km du centre) : le nom de Ion Perdicaris, magnat gréco-américain dont l’enlèvement à Tanger fit grand bruit en 1904 (Roosevelt avait envoyé des navires de guerre dans la baie !) ne parle guère aux Tangérois. En famille ou entre amis, ils aiment s’immerger dans ces 70 hectares de végétation méditerranéenne classés Site d’Intérêt Biologique et Écologique (SIBE) où des panoramas éblouissants sur le détroit s’invitent sans cesse au détour de sentiers plus ou moins balisés. Entre chênes-lièges et pins parasol, l’ancienne villa d’été de Perdicaris vient d’être transformée en un joli musée avec reconstitution des intérieurs d’époque et topos sur la biodiversité de la région.

Parc ouvert tous les jours à partir de 7 heures. Centre d’interprétation du parc Perdicaris sauf mardi de 10h à 17h30. Tarif entrée : 4,5 € (2 € de 5 ans à 18 ans, gratuit enfant de moins de 5 ans).

Du haut de sa tour façon minaret, le doyen des phares marocains veille toujours sur le partage des eaux. Anne-Claire Delorme / Le Figaro

C’est là que la Méditerranée rencontre l’Atlantique ! Du haut de sa tour façon minaret, le doyen des phares marocains (1864) veille toujours sur le partage des eaux. Après la visite du nouveau petit musée, on grimpe au sommet (101 marches) pour en prendre plein les yeux : le site (avec café/restaurant, sans alcool) et les environs sont un bon spot pour contempler le coucher de soleil sur la mer. Aux grottes d’Hercule où le héros de la mythologie se serait reposé, l’astre s’invite parfois dans l’ouverture en forme de carte d’Afrique à l’envers, principale attraction d’un lieu plus pittoresque que captivant.

Cap Spartel, 14 km de Tanger. Tous les jours de 8h30 à 23 heures (musée jusqu’à 20 heures, minaret jusqu’à 21 h). Entrée du site et du musée du phare : 4,5 €.

Grottes d’Hercule. Tous les jours de 10 heures à 18 h 30. Tarif : 5,4 €.

TANGER CÔTÉ CULTURE

MUSÉE LA KASBAH DES CULTURES MÉDITERRANÉENNES

Le bucolique jardin andalou attenant au musée de La Kasbah. Anne-Claire Delorme / Le Figaro

Un beau palais arabo-andalou, le Dar El Mazhen (XVIIe siècle), avec patio ourlé de colonnades et plafonds de cèdre sculpté dont une somptueuse coupole, et des collections réduites mais passionnantes sur l’histoire de Tanger depuis la préhistoire (notamment des urnes funéraires provenant de la nécropole punico-romaine voisine), voilà deux bonnes raisons de découvrir ce musée. La troisième est le bucolique jardin andalou attenant, où devrait ouvrir à terme un café.

Musée La Kasbah des cultures méditerranéennes, place de la Kasbah. Tous les jours sauf mardi de 10 heures à 18 heures. Entrée : 2,40 € incluant le musée d’art contemporain aménagé dans l’ancienne prison.

DAR NIABA

Zellige émaillé du début XXe siècle. Anne-Claire Delorme / Le Figaro

Ancien siège du Naïb, intermédiaire entre le pouvoir et le corps diplomatique omniprésent à la fin du XIXe siècle, puis consulat français, cette belle demeure au patio arboré devenue musée depuis peu invite à plonger dans l’atmosphère cosmopolite de Tanger au tournant du XXe siècle. Parmi les peintres sous le charme de la ville dans le sillage des Delacroix et Matisse, Antonio Fuentes (né dans l’hôtel Fuentes du petit Socco !) dont on peut voir quelques œuvres.

Musée Dar Niaba, 41 rue Siaghine. Ouvert tous les jours sauf mardi de 10 heures à 17 heures. Entrée : 2,70 €. Tél. : +212 530 676 081.

ENTRE LIBRAIRIES ET PHOTOGRAPHIE

La Fondation pour la Photographie, pépite nichée dans le quartier de la Vieille Montagne. Tanger Photo

Loin des clichés de la Beat génération, il faut pousser les portes des lieux qui incarnent le renouveau créatif de la ville : la librairie Les Insolites où Stéphanie Gaou organise lectures et vernissages ; la librairie des Colonnes, mythique adresse qui vient tout juste de renaître ; la galerie d’art Conil et ses trois espaces où l’on promeut la jeune garde marocaine et la Fondation pour la Photographie, pépite nichée dans le quartier de la Vieille Montagne, où Françoise et Daniel Aron encouragent la création contemporaine avec des expositions temporaires et un fonds permanent de qualité.

Librairie Les Insolites, 28 rue Khalid Ibn Oualid.

Librairie des Colonnes, 54 bd Pasteur.

Galerie Conil, 7 Rue du Palmier. Tél. : +212 539 333 875.

Fondation pour la Photographie, 235 route Sidi Masmoudi. Vieille Montagne. Du mardi au samedi, de 10h 30 à 18h (fermé jusqu’au 1er mai 2023 pour agrandissement). Entrée : 2,30 € (gratuit étudiants).

Où s’attabler à Tanger ?

Nono Sea Taste

Nono Sea Taste et ses grandes baies vitrées donnant sur la Méditerranée. Nono Sea Taste / Photo presse

Nono, c’est Nora Larini, la jeune chef de cette adresse ouverte depuis peu sur la corniche à la place de l’ancien café/restaurant familial dont il ne reste que la vue, à fleur d’eau, sur la Méditerranée et la baie de Tanger derrière les grandes baies vitrées. Epurée, plus festive le soir, l’adresse séduit une clientèle aussi éclectique que sa carte mariant produits de la mer et viandes, cuits notamment au four à braises (au charbon argentin), sushis et tapas à partager. Environ 25 euros le plat.

Nono Sea Taste, Complexe Bahia Al Azhar, bloc 3. Tél. : +212 539 306 275. Tous les jours midi et soir sauf lundi.

M Restaurant

M Restaurant, la nouvelle adresse de la cheffe Julie Nebot. M Restaurant / Photo presse

Au cœur du riad Mokhtar, voici la nouvelle adresse de la cheffe Julie Nebot, Toulousaine installée depuis 15 ans à Tanger avec son mari Guillaume. Côté jardin aux beaux jours ou dans le joli patio arabo-andalou, le duo y sert une cuisine méditerranéenne soignée nourrie de ses voyages. L’été, le rooftop se transforme en restaurant italien, pour une ambiance de trattoria sous les étoiles. Environ 20 € le plat. Du lundi midi au samedi soir.

M Restaurant, Place du Tabor. Tél. : + 212 539 334 666.

Macondo

On grimpe sans rechigner sur les terrasses haut perchées de ce restaurant à la déco pimpante : le panorama sur la ville, la Kasbah et la mer justifie l’effort ! Tout comme les plats, à dominante italienne, pays d’origine de la propriétaire, parfumés et généreux (10/15 € les pâtes maison).

Macondo, 13 rue Ben Abou. Tél. : +212 638 315 263. Ouvert tous les jours midi et soir.

Où boire un thé ?

Café de la Cinémathèque (cinéma Rif)

À l’intérieur comme en terrasse, le café de la Cinémathèque de Tanger est le point de rendez-vous incontournable de Tanger. Cinémathèque de Tanger / Photo presse

La terrasse est un emplacement stratégique pour siroter un thé face à l’animation du Grand Socco mais on préfère s’attabler entre étudiants, artistes et touristes dans le décor vintage de la cafétéria, raccord avec la vocation de ce cinéma historique (1937) devenu cinémathèque, et avec l’esprit de Tanger, la ville qui aime les mélanges. 1 € le thé à la menthe, 1,8 € l’Expresso (pas d’alcool).

Café du cinéma Rif, Place du Grand Socco. Tous les jours sauf lundi, de 8 heures à 23 h 30. Wifi Gratuit.

Le Salon Bleu

Le Salon Bleu (mêmes propriétaires que Dar Nour) reste indétrônable pour une pause thé à la menthe. Juliette Parisot

Les terrasses ont beau pousser sur les toits, le Salon Bleu (mêmes propriétaires que Dar Nour) reste indétrônable pour une pause thé à la menthe (1,8 €) avec pâtisseries marocaines à prix mini (2,7 € les 4), panorama inclus. On peut aussi y déjeuner des kemias à partager (10 € les 7), toujours frais.

Le Salon Bleu, Place de la Kasbah. Tél. : +212 637 133 833.

Où boire un verre ?

Le piano-bar du El Morocco Club

Façon speakeasy, cet incontournable entretient la flamme rétro de la ville du Détroit. Alan Keohane / Still Images

Murs lambrissés et banquettes zébrées comme dans le célèbre club new yorkais éponyme… Au sous-sol de l’ancienne demeure du décorateur Stuart Church, façon speakeasy, cet incontournable entretient la flamme rétro de la ville du Détroit. Touristes et Tangérois s’y retrouvent autour d’un verre (belle carte de vins, 10,8 €/12,5 € le cocktail), d’un dîner ou d’une soirée musicale les week-ends (Live le jeudi, DJ les vendredis et samedis).

El Morocco Club, Place du Tabor. Tél. : +212 539 948 139. Tous les jours sauf lundi.

Nord-Pinus

la terrasse de ce boutique-hôtel de charme est une belle escale. Nord-Pinus / Photo presse

La Méditerranée sur un plateau ! Avec son emplacement unique, coiffant la rue riad Sultan, la terrasse de ce boutique-hôtel de charme est une belle escale pour capter les dernières lueurs du jour sur la mer et la Kasbah, d’où le prix chouïa élevé des boissons (13,5 € /18 € le cocktail). À la belle saison, la terrasse est divine pour le dîner.

Nord-Pinus, 11 Riad Sultan. Tél. : + 212 661 228 140.

Et aussi…à venir le Siddartha Lounge by Buddha Bar au Fairmont Tazi Palace en mai, en bord de piscine, vue panoramique, cuisine asiatique et DJ.

Où dormir à Tanger ?

Fairmont Tazi Palace

Méditerranéenne avec ses bleus profonds et ses tons clairs, la déco signée The Gettys Group, fait un large écho aux couleurs de la région mais aussi au savoir-faire des artisans. Medhi Triqui

Tout nouveau, ce resort urbain de 133 vastes chambres et suites occupe un ancien palais arabo-andalou avec vues panoramiques sur les collines de Tanger, spa de 2500 m2, grande piscine extérieure et expériences exclusives de découverte de la région. C’est aussi une bonne adresse pour les fins palais : cuisine marocaine raffinée, mais aussi perse, asiatique (en mai) et plats locavores vitaminés. À partir de 330 € la chambre Deluxe, 600 € la suite Junior.

Fairmont Tazi Palace Tangier, Jamaa Mokrae quartier Boubana, Q4JX+PMW, Tanger 90000, Maroc. Tél. : +212 539 378 989.

Dar Nour

Suite Hafa de Dar Nour. Juliette Parisot

C’est loin d’être l’adresse la plus récente, mais son charme est à l’image de la ville, intemporel. Dans un dédale d’escaliers et de petits salons décorés d’objets chinés, 13 chambres, mini-suites et suites dont certaines avec terrasse privée. Superbe(s) vue(s) depuis l’immense rooftop à plusieurs niveaux. Table d’hôtes, avec en nouveauté, un petit restaurant (cuisine du marché) au rez-de-chaussée. À partir de 75 € la chambre, 95 € la mini-suite, 145 € la suite, petit déjeuner inclus.

Dar Nour, 20 rue Gourna. Tél. : + 212 662 112 724.

Le Figaro

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page