Formation-CarrièreNewsService publicslide

Les employés informels travaillent en moyenne annuelle 145 heures plus que leurs homologues formels

Les employés informels travaillent en moyenne 145 heures de plus par an que leurs homologues formels, tout en gagnant cinq fois moins, a déclaré mardi à Rabat le Haut-Commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami.

L’importance du travail informel entraîne d’importantes disparités en termes de durée de travail, de rémunération et de productivité, a souligné M. Lahlimi lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du Compte satellite de l’emploi (CSE), réalisé par le Haut-commissariat au Plan (HCP) en partenariat avec l’Organisation internationale du travail (OIT).

Les transferts d’emploi vers des secteurs à faible productivité ne favorisent pas une transformation des structures de production de l’économie nationale et contribuent à une stagnation de la productivité et à la faible croissance économique, tout en favorisant un environnement propice au développement d’un secteur informel qui imprègne toutes les branches d’activité, a-t-il remarqué.

En ce qui concerne l’emploi des femmes, le Haut-Commissaire au Plan a indiqué que les résultats du CSE montrent un taux de féminisation de l’emploi encore loin de la parité. Il a ajouté que la faible qualification des femmes actuellement employées et la concentration d’une grande partie du travail féminin dans les emplois d’aides familiales dans le secteur agricole augmentent le risque d’inactivité avec la libération du surplus de main-d’œuvre agricole.

Il a également noté que les résultats du CSE illustrent la précarité de l’emploi féminin, qui est sous-représenté dans les emplois hautement qualifiés tant en termes qualitatifs que quantitatifs. Seulement 15% de la population féminine occupée occupe des postes de cadres et de techniciennes, tandis que 71% sont des ouvrières.

Le CSE, élaboré à partir de sources statistiques sur l’emploi, d’enquêtes sur les structures des entreprises et de sources administratives, permet d’affiner la mesure de la productivité et d’apporter de nouvelles perspectives sur la demande de travail et la rémunération salariale en relation avec la valeur ajoutée et les structures productives.

Ce compte constitue une base de données inédite au Maroc et en Afrique, conçue pour une meilleure compréhension du marché du travail en relation avec les structures productives.

avec MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page