Formation-CarrièreNewsslide

Le SNPM exprime sa solidarité absolue avec le journaliste Abdessamad Nasser suite à son licenciement abusif par la chaine Al Jazeera

Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a exprimé sa solidarité totale et inconditionnelle envers le journaliste Abdessamad Nasser après son licenciement abusif par la chaîne Al Jazeera.

Dans un communiqué, le SNPM a expliqué que la décision unilatérale d’Al Jazeera de mettre fin au contrat d’Abdessamad Nasser, constituant ainsi un licenciement abusif, était due à un tweet publié par ce dernier dans un espace qui n’a aucun lien avec le média pour lequel il travaille. Le syndicat estime que cette décision nuit à la crédibilité de la chaîne et vide de sens ses slogans concernant la liberté d’expression, la publication, l’indépendance des journalistes et la défense de leur dignité, les transformant en simples paroles vides.

Le SNPM a déclaré avoir entrepris les investigations nécessaires sur cette décision surprenante prise précipitamment par la direction d’Al Jazeera. Il s’est avéré qu’après qu’Abdessamad Nasser ait diffusé un tweet défendant l’honneur de la femme marocaine, suite aux insultes proférées par les médias officiels algériens à son encontre et accusant l’État marocain d’exploiter l’honneur et la dignité des femmes marocaines, le directeur de l’information d’Al Jazeera lui a ordonné de supprimer le tweet.

Le journaliste a rejeté cette injonction, considérant qu’il s’agissait de sa liberté d’expression en dehors du cadre de la chaîne, selon le communiqué.

Par la suite, le directeur général de la chaîne a convoqué M. Nasser dans son bureau et lui a demandé de retirer le tweet ou de le modifier afin qu’il ne soit pas interprété comme une atteinte à l’État algérien. Le directeur général d’Al Jazeera a fait comprendre à M. Nasser que s’il refusait, des mesures administratives dissuasives seraient prises. Le confrère Nasser a refusé d’obtempérer et a continué à soutenir que le tweet en question relevait de sa liberté d’expression dans un espace qui n’a aucun lien avec Al Jazeera.

Peu de temps après cette rencontre, la direction de la chaîne a annoncé unilatéralement la fin du contrat du journaliste Abdessamad Nasser, ce qui constitue un licenciement abusif, selon le SNPM. Le syndicat rappelle que certains journalistes travaillant pour la même chaîne et ses chaînes sportives affiliées n’ont pas hésité à proférer des calomnies à l’encontre du Maroc et de ses institutions, sans que la direction de la chaîne ne réagisse malgré les vives polémiques suscitées.

Le SNPM affirme qu’il existe un lobby algérien à l’intérieur et à l’extérieur de la chaîne, qui dirige ces manœuvres sordides. Le syndicat confirme également l’existence d’interventions et de pressions de l’ambassade algérienne à Doha pour imposer une ligne hostile aux intérêts du Maroc au sein de la chaîne et dans ses contenus médiatiques.

Suite à cette décision abusive, le syndicat a annoncé son intention de déposer une note de protestation auprès de la direction d’Al Jazeera, ainsi qu’auprès du Centre de liberté de la presse concerné. Il compte également engager des correspondances avec la Fédération internationale des journalistes et l’Union générale des journalistes arabes. De plus, le SNPM prévoit d’organiser prochainement un sit-in de protestation devant le bureau d’Al Jazeera à Rabat.

avec MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page