NewsService publicslide

Stress hydrique: comment gère t-on une situation devenue structurelle?!

La situation hydrique au Maroc demeure une préoccupation majeure, exacerbée par un déficit pluviométrique persistant, des températures élevées entraînant l’évaporation de 1,5 million de mètres cubes d’eau de barrage par jour, et le problème d’envasement des barrages. Le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, a exprimé cette inquiétude lors d’une séance spéciale devant la Chambre des conseillers.

Baraka a lancé une alerte sur la crise hydrique sans précédent à laquelle le Maroc est confronté, avec une cinquième année consécutive de sécheresse. Il a souligné que les barrages du pays n’ont reçu que 519 millions de mètres cubes au cours des trois derniers mois, comparativement à 1,5 milliard de mètres cubes l’année précédente, marquant une baisse alarmante de deux tiers.

Malgré cela, des mesures proactives ont été prises pour éviter le pire scénario de coupures d’eau dans les grandes villes, notamment Rabat et le nord de Casablanca. Baraka a souligné l’achèvement du Projet Royal d’interconnexion des bassins hydrauliques du Sebou et du Bouregreg, permettant d’éviter des coupures d’eau potentielles.

Dans le bassin de l’Oum Er-Rbia, la situation est encore plus dramatique, avec un taux de remplissage des barrages ne dépassant pas 4,6%. Baraka a déploré la réalité difficile du barrage d’Al Massira, qui ne contient actuellement que 32 millions de mètres cubes sur une capacité de 2,7 milliards de mètres cubes.

Des mesures ont été prises pour améliorer l’approvisionnement en eau, notamment par le biais du dessalement. Safi est actuellement approvisionnée à 60% en eau dessalée, avec des plans pour atteindre 100% d’approvisionnement à partir de janvier. Les régions de Casablanca, Marrakech, et Souss-Massa font également face à des défis, mais des solutions, telles que des stations mobiles de dessalement, sont envisagées.

La crise hydrique souligne la nécessité de mesures à long terme pour garantir une gestion durable des ressources en eau au Maroc.

Source: lematin.ma

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page