slideFood-BoissonsNewsService public

Viandes Rouges : le Gouvernement dévoile un plan pour contenir l’envolée des prix

Dans une démarche proactive visant à contrer la montée des prix des viandes rouges, le gouvernement a lancé un plan stratégique articulé autour de mesures clés, comprenant des subventions permanentes pour l’alimentation du bétail et la suppression des droits d’importation. Ces initiatives ont été dévoilées par Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, lors d’une session parlementaire en réponse aux préoccupations des députés, selon les informations relayées par Al Ahdath Al Maghribia.

Le ministre a souligné la continuité des subventions destinées aux éleveurs, annonçant une assistance équivalente à 6 millions de quintaux d’orge et à 3,2 millions de tonnes de fourrage composé. Une ouverture permanente des importations de bétail pour l’abattage a également été instaurée, accompagnée par l’abolition des droits de douane, et de nouveaux marchés, notamment en provenance d’Amérique Latine, ont été explorés.

En parallèle, un contrat-programme d’une valeur globale de 14,4 milliards de dirhams, avec une contribution gouvernementale de 8 milliards de dirhams, sera signé avec la filière de l’élevage pour la période 2021-2030. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la stratégie Generation Green du ministère, visant à stimuler la production de viandes rouges et à moderniser les infrastructures d’abattage et les réseaux de distribution.

Cependant, malgré ces mesures, les prix des viandes rouges ont enregistré une augmentation significative, grimpant d’environ 20%. Cette hausse est attribuée à la détérioration des pâturages, à la rareté du fourrage et à l’augmentation des coûts de production, en particulier celui de l’alimentation pour le bétail. Depuis la fin du Ramadan, les prix ont atteint des sommets, avec des variations entre 100 et 110 dirhams pour la viande de veau et entre 120 et 130 dirhams pour la viande de mouton.

Le contrat-programme envisagé devrait contribuer à accroître la production annuelle de viande à 850 000 tonnes d’ici 2030, tandis que la modernisation de 120 abattoirs à travers le pays vise à améliorer l’efficacité et les normes de production.

Les réponses du ministre aux préoccupations des députés ont également mis en lumière l’importance de ces mesures pour stabiliser les prix en réduisant les coûts de production. Les représentants de la filière ont souligné que cette augmentation des prix était prévisible, attribuant celle-ci notamment à une augmentation de la demande.

Cette initiative gouvernementale vise donc à répondre à l’urgence de la situation tout en posant les jalons d’une industrie de viande rouge plus résiliente et durable pour l’avenir.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page