Emploi : les chiffres alarmants du HCP

La situation du marché du travail en 2017 est chaotique, surtout par rapport au rôle de la femme dans l’activité professionnelle. C’est ce que viennent de révéler les derniers chiffres HCP sur l’emploi basée sur une enquête élargie à un panel de 90.000 ménages au lieu de 60.000 auparavant.

Premier constat qui fâche: Avec une population active de 11.915.000 personnes en 2017, le taux d’activité a reculé de 47% à 46,7% au niveau national. Le taux d’emploi a baissé, de 42,3% à 41,9% au niveau national entre 2016 et 2017.

Aussi, 58,6% des actifs occupés âgés de 15 ans et plus n’ont aucun diplôme, 27,9% un diplôme de niveau moyen et 13,5% de niveau supérieur.

De même, plus du quart des actifs occupent un emploi précaire, soit non rémunéré pour 18,6% de la population active occupée, soit occasionnel ou saisonnier pour 8,7%.

Les actifs occupés opérent globalement dans un marché peu organisé et faiblement protégé. Sans surprise. 96,7% d’entre eux ne sont pas affiliés à une organisation syndicale ou professionnelle et 77,5% ne bénéficient pas d’une couverture médicale. Plus encore, près des deux tiers des salariés (65%) ne disposent pas de contrat formalisant leur relation avec leur employeur.

Le sous-emploi, de son côté, marque une tenace rigidité à la baisse. 9,8% des actifs occupés continuent de le subir en 2017 et pour 67,7% d’entre eux en raison de l’insuffisance du revenu du travail ou de l’inadéquation de leur formation avec l’emploi occupé.

Dans ces conditions, le chômage s’est accru de 9,9% à 10,2% au niveau national, soit 49.000 personnes en plus, enregistrées toutes en milieu urbain, portant leur effectif global à 1.216.000 au niveau national.

Les jeunes âgés de 15 à 24 ans qui ne sont ni à l’école ni en emploi enregistre un taux de 29,3% de l’ensemble des jeunes de cette tranche d’âge, 13% parmi les jeunes hommes et 46% parmi les jeunes femmes. Ce taux varie de 20,6% dans la région d’Eddakhla-Oued Eddahab à 34,4% dans l’Oriental.

Les niveaux de chômage les plus élevés sont observés dans les régions de Guelmim- Oued Noun (17,7%) et de l’Oriental (17,1%). Les niveau les plus bas sont enregistrés au niveau de la région de Drâa-Tafilalet (6%) et de la région de Béni Mellal- Khénifra (6,1%).

Le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 29 ans le plus élevé a été relevé dans la région de Guelmim-Oued Noun (43,9% pour l’ensemble des jeunes et 59,4% parmi les femmes). Le niveau le plus faible a été observé dans la région d’Eddakhla-Oued Eddahab (9,4%) et de Drâa-Tafilalet ( 14,7%).

D’une façon générale, le chômage affecte en particulier les tranches de population bénéficiant des niveaux de diplôme les plus élevés. Le taux de chômage passe de 3,8% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme à 15% parmi les diplômés de niveau moyen pour atteindre 23,3% parmi les diplômés de niveau supérieur.