Peugeot-Citröen: le plan Tarafa pour redresser la barre

Mardi 3 avril 2018, Marouane Tarafa tenait sa première conférence de presse en tant que DG Sopriam.

Au lendemain de sa nomination à la tête de Sopriam en septembre, Consonews le qualifiait du joker de la SNI pour redresser la barre (voir notre article). Au sortir de ce premier test presse, notre intuition semble se confirmer: Tarafa semble avoir bien compris ce qui n’allait pas ou plus et ce qu’il faut désormais faire.

En termes d’objectifs, la nouvelle équipe ne cache pas ses ambitions: 18% de part de marché en 2020.

Comment y arriver au moment où les marques Citröen-Peugeot se font dépasser par des véhicules pourtant plus chers telles que les marques du groupe VW?

A ce niveau intervient l’utilité du diagnostic des choix antérieurs à l’arrivée de Tarafa. Ce denier nous explique tout:

-Absence du segment SUV qui représente quand même 20% du marché

-Un problème en termes de positionnement prix de la 208 qui est sur un segment représentant 50% du marché (le modèle était surclassé)

-Une concentration autour des utilitaires Partner- Berlingo qui représentaient les 20% qui réalisant les 80% de revenus. Cela empêchait d’avoir une stratégie visant à se doter d’une gamme plus complète et plus diversifié.

A chacun des point, Sopriam apporte désormais une réponse (voir la stratégie 2020 détaillée).

Néanmoins, un segment, qui fait les beaux jours du groupe Renault, reste non adressé. Il s’agit d’un modèle ou marque low cost équivalente à la Dacia Logan.

“La Dacia n’est pas un concurrent pour nous”, répond Tarafa. Peut être que le démarrage de l’usine PSA Kénitra changera cette donne.

A suivre.

 

 

 

Commentaire Facebook