Investissements Publics : le mensonge…

benkirane mezouar boussaid 22 septembre 2016 service public

benkirane mezouar boussaid 22 septembre 2016 service public

«Des faux en écritures publiques. Pour le moins». L’affirmation est de Nadia Salah (NS), directrice des rédactions du groupe Eco Média, éditeur notamment de L’Economiste. C’est un passage de son édito paru dans le numéro du mercredi 21 septembre 2016. De quoi s’agit-il? D’inscription de «faux» montants de budgets d’investissement dans les lois des Finances des gouvernements Abbès El Fassi et Abdelilah Benkirane. NS fait en effet le constat très pertinent que durant ces deux mandats ces budgets sont passés du simple au double sans que les ressources financières du pays n’aient connu des augmentations particulières permettant un tel effort. Exemples : 21-25 milliards de dirhams jusqu’en 2007 contre 55-60 milliards après. Il s’agissait en fait de «simples» déclarations d’intention pour faire de la Com’ politique (populiste ?), ou de la propagande! Car après tout rien n’oblige un gouvernement de réaliser tous les investissements qu’il a programmés de faire…

Voilà qui serait de nature à expliquer le décalage saisissant et troublant entre le discours et les chiffres portant sur les investissements dans les secteurs sociaux et la réalité de ces secteurs (santé, enseignement, etc.) En effet, les derniers gouvernements ont eu en effet coutume de marteler que «malgré la crise, les investissements dédiés aux secteurs publics seront doublés». Mais en réalité, le citoyen se trouve devant un service public qui ne cesse de se dégrader : hôpitaux dont l’état est digne d’un pays sinistré quand les classes d’écoles publiques rivalisent en surpeuplement!

«Les employés de l’Etat savent que cela (les écritures en faux) les conduiraient en prison… les gouvernements, eux, sont absous», conclue Nadia Salah.

Commentaire Facebook