Confiance des ménages: l’Indice atteint son plus bas sous El Othmani

Cela a tout l’air d’une véritable sanction de la part des ménages envers la politique menée sous le gouvernement El Othmani.

En effet, l’Indice de Confiance des Ménages (ICM), produit par le HCP, a atteint à fin juin 2019 son niveau le plus bas depuis la nomination d’El Othmani au poste de Chef de Gouvernement.

A la fin du deuxième trimestre, l’ICM donc un score de 74,9 points, au lieu de 79,1 points enregistrés le trimestre précédant et 87,3 points une année auparavant, informe le HCP. Il s’agit en effet d’une réelle dégringolade, et pour le moins une déception, si l’on sait que les 87,3 points de 2018 en question sont le niveau le plus haut de l’ICM jamais atteint depuis 2008! D’où donc la notion de sanction.

Comme explication, le HCP avance “la détérioration de tous les indicateurs l’Indice”.

Détails:

-Niveau de vie : ressenti d’une forte détérioration

Au deuxième trimestre de 2019, 46,2% des ménages déclarent une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 32,9 % un maintien au même niveau et 20,8% une amélioration. Le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est resté négatif, à moins 25,4 points, en dégradation aussi bien par rapport au  trimestre précédant que par rapport à une année auparavant où il était à moins 15  points et à moins 5,4 points respectivement.

Au cours des 12 prochains mois, 27,3% des ménages s’attendent à une dégradation du niveau de vie, 40,6% à un maintien au même niveau et 32 % à une amélioration. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur passe à 4,7 points  au lieu de 10 points le trimestre précédent et 15 points le même trimestre de l’année 2018.

-Evolution du chômage : perceptions plus pessimistes

Au deuxième trimestre de 2019, 83% contre 6,1% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif à moins 76,9 points, en dégradation aussi bien par rapport au trimestre précédent où il a enregistré moins 75,6 points que par rapport au même trimestre de l’année précédente où il était à moins 61,7 points.

-La conjoncture  toujours perçue comme peu favorable à l’achat des biens durables 

Au deuxième trimestre de 2019, 61,4% contre 20,1% des ménages considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables. Le solde d’opinion de cet indicateur est resté négatif, passant à moins 41,4 points contre moins 36,3  points le trimestre précédent et moins 25,8 points le même trimestre de l’année 2018.

-Situation financière des ménages : en détérioration  

Au deuxième trimestre de 2019, 62,4% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 34,2% déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 3,4% affirment épargner une partie de leur revenu. Le solde d’opinion relatif à la situation financière actuelle des ménages est resté ainsi négatif, à moins 30,8 points en dégradation aussi bien par rapport au  trimestre précédant que par rapport à une année auparavant où il était à moins 28,9  points et à moins 24,1 points respectivement.

Quant à l’évolution de leur situation financière au cours des 12 derniers mois, 32,7% contre 8,5% des ménages considèrent qu’elle s’est dégradée. Cette perception reste ainsi négative, avec un solde d’opinion de moins 24,2 points au lieu de moins 21,2 points enregistré un trimestre auparavant et moins 15,2 points un an auparavant.

S’agissant de l’évolution de leur situation financière au cours des 12 prochains mois, 31,2% contre     12,9 % des ménages, s’attendent à une amélioration de leur situation financière. Le solde d’opinion de cet indicateur enregistre 18,3 points contre 20,7 points un trimestre auparavant et 28,1 points un an auparavant.

-Capacité future à épargner : opinions toujours négatives

Au deuxième trimestre de 2019, 16,7% contre 83,3% des ménages s’attendent à épargner au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, à moins 66,6 points, en dégradation aussi bien par rapport au  trimestre précédant que par rapport à une année auparavant où il était à moins 63 points et à moins 57,9 points respectivement.

-Attente d’une hausse des prix des produits alimentaires

Au deuxième trimestre de 2019, 89% des ménages déclarent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion minime des ménages (0,1%) qui ressentent leur diminution. Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à moins 88,9 points, après avoir été de moins 88,1 points le trimestre précédent et de moins 88,2 points une année auparavant.

Au cours des 12 prochains mois, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter selon 86,5% des ménages,  le reste (13,5 %) prévoient leur maintien au même niveau Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, se situant à moins 86,5 points, au lieu de moins 87,5  points enregistrés un trimestre auparavant et moins 84,0 points une année passée.

Commentaire Facebook