Mines et carrière : l’Afrique s’invite au Maroc

Casablanca s’apprête à accueillir, du 24 au 26 Septembre 2019, à la Foire internationale de Casablanca, le 6eme salon international des mines et des carrières organisé par la revue « énergie/mines & carrières» et sponsorisé par le Groupe OCP et le Groupe CADEX et en partenariat avec l’ONHYM et les compagnies minières SACEM et BROYCHIM.
C’est une rencontre, à point nommé, qui contraste avec cette nouvelle éthique de marché focalisée sur le thème” Exploration minière et développement en Afrique”. Ce sont là les défis majeurs que la gouvernance se doit relever en vue de faire améliorer le secteur des mines dans le continent. Sachant que ce secteur se heurte continuellement aux difficultés de financement, de certification des études, d’opportunités, de débouchés et d’innovations.
Cette rencontre est haussée par la participation de personnalités de haut niveau dans le secteur des mines, respectivement du Mali Mme la Ministre des Mines et de la Géologie, du Sénégal Mme la Ministre des Mines et de la Géologie, et du Maroc Mme Amina Benkhadra Directrice Générale de l’ONHYM, ainsi que d’importantes délégations, en particulier, la délégation ivoirienne et nombre de professionnels, experts du secteur miniers dont une soixantaine d’exposants venus d’Europe et d’Asie.
Cependant, cette édition nous interpelle par des questionnements qui pivotent autour du Code minier marocain. Un code qui se révèle, aux yeux des professionnels et promoteurs, incompatible avec les exigences de l’heure, s’avérant inopportun et n’incorporant aucune facilité aux investissements par sa lourdeur textuelle, comparativement avec d’autres codes de pays africains plus légers et facilitateurs.
A signaler que le SIMC abordera durant ces trois journées divers sujets liés aux nouvelles stratégies de développement du secteur des mines en Afrique, à la modernisation de la réglementation pour accompagner les évolutions du marché, au développement économique et social des zones d’activités minières, du rôle et des statuts des coopératives minières, du traitement et exploitation des anciens résidus miniers, de la gestion de la phase après exploitation et de la réhabilitation des sites. Il offre également une opportunité pour des rencontres B2B entre professionnels du secteur, investisseurs et porteurs de projets.

Commentaire Facebook

Commentaires: 0

Votre Email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués par *