Nouveau modèle de développement

Nouveau modèle de développement … état ou consommateur qui doit changer ?

La relation Etat/contribuable n’a pas changé depuis des siècles

Bouazza Kherrati Président (FMDC)
  • Le contribuable reste le parent pauvre du système fiscal. Il est démuni de tout moyen de protection de son pouvoir d’achat. Il subit des impôts sans qu’on demande son avis, paie la TVA sans pouvoir la récupérer … Une situation qui renforce davantage le sentiment général de méfiance et d’injustice
  • Il faut un changement de mentalité de l’administration d’une part. Et d’autre part, le recours au système anglo-saxon qui s’avère efficace avec comme base : la confiance
  • Le contribuable veut outre une équité fiscale, une meilleure qualité de service de la part de l’administration que ce soit en matière de traitements de réclamations ou encore simplifications de démarches et procédures, une préservation de ses droits et une facilité pour l’accès à l’information
  • Au lieu de prélever les impôts à la source et taxer lourdement les fonctionnaires et salariés sans qu’ils aient la possibilité de contester, il faudrait s’orienter à un système de déclaration libre par le contribuable. En cas de manquements, ce dernier sera sanctionné et subira les sanctions prévues par la loi
  • L’administration devant respecter les obligations mises à sa charge en matière notamment des remboursements, des restitutions d’impôts et de traitement des réclamations et les contribuables,
    devant faire preuve de plus de transparence .
On sent qu’il y a une volonté réelle pour améliorer cette relation

Mehdi El Fakir
Analyste économique
  • L’impôt reste toujours un sujet désagréable pour les citoyens. Certains refusent même de le payer, ce qui est inadmissible. De l’autre côte, il y a de l’abus au niveau de l’administration avec l’absence de pédagogie, voire même d’alternative à cette fiscalité qui constitue 90% des recettes de l’état
  • Pour dépasser le conflit entre l’administration et le contribuable, il faut mettre en place une vision constructive.Les deux parties doivent comprendre que la meilleure solution pour bâtir la confiance c’est de s’entendre. Plus ils sont en accord et en harmonie, plus ils vont pouvoir arriver à un consensus
  • Il faut une amélioration de la communication de l’administration fiscale en adoptant une approche de communication plus ouverte sur les droits et obligations en matière fiscale
  • Il faut un civisme fiscal d’un côté, et le respect des droits du contribuable de l’autre et l’édification d’une culture fiscale comme partie intégrante de la citoyenneté.
  • L’administration est appelée aussi à poursuivre le chantier de dématérialisation, et de s’engager dans l’amélioration des services à valeur ajoutée et l’élargissement du périmètre des contribuables et de l’assiette en conséquence.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page