Formation-CarrièreNewsService publicslide

Scandales dans les universités: Abdellatif Miraoui promet la tolérance zéro

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l'Innovation, Abdellatif Miraoui affirme qu’il sera intransigeant dans le traitement du dossier des scandales éclatés dans des universités. Les détails dans cette revue de presse tirée du quotidien Assabah.

«Dispenser un enseignement de qualité». C’est l’objectif de la réforme lancée dans le secteur de l’enseignement supérieur, a affirmé le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’Innovation, Abdellatif Miraoui. Lors d’une conférence de presse tenue à Rabat, le ministre a passé en revue les grandes lignes de sa politique et de sa réforme pédagogique, mais aussi les derniers scandales ayant secoué le milieu universitaire.

D’après le quotidien Assabah, qui se penche sur ce sujet dans son édition du jeudi 28 avril, le ministre a défendu les décisions qu’il vient de prendre à l’échelle centrale et au niveau de certaines universités. S’agissant de la question des derniers limogeages, indique le journal, le ministre a affirmé qu’«il privilégiait les compétences», assurant qu’il n’y avait «ni règlements de comptes dans ces décisions, ni encore un clientélisme, en citant l’exemple d’un proche qui a été viré».

En ce qui concerne les scandales ayant secoué dernièrement le milieu universitaire, notamment les affaires du «sexe contre bonnes notes» ou encore le scandale dit «argent contre bonnes notes» ainsi que la marchandisation des thèses et des mémoires de recherche, le ministre a fait savoir qu’«il sera intransigeant, promettant une tolérance zéro dans ce sens». Sur ce point, il a appelé les universités à «combattre la fraude sous toutes ses formes et poursuivre la stricte application des lois en vigueur», indiquent les sources du quotidien.

S’agissant de la réforme du secteur, le ministre a souligné que «la recherche scientifique, le développement des ressources humaines, le développement du digital» sont des piliers dans cette réforme au même titre que la réforme pédagogique». Rappelant qu’il a abandonné la réforme du bachelor qui consistait à renouer avec la licence en quatre ans, le ministre a annoncé une autre réforme concernant les cycles de licence et de master en y incluant des modules de langues étrangères que l’étudiant sera appelé à réussir pour obtenir son diplôme.

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page