Formation-CarrièreHightechNewsslide

Casablanca à l’heure du 2ème salon “Smart Entreprise Morocco”

Les travaux de la 2ème édition du salon “Smart Entreprise Morocco” (SEM) se sont ouverts, mardi à Casablanca, sous le thème “Entrepreneuriat et capital humain à l’ère digitale”, à l’initiative de la société Harvard Consulting.

Cette édition, qui se tient jusqu’au 30 novembre en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), rassemble plus de 30 exposants, une trentaine de conférenciers marocains et internationaux et une vingtaine d’experts renommés, représentant des entreprises marocaines et multinationales.

S’exprimant à cette occasion, le président du SEM, Saad Hamoumi, a indiqué que ce salon, qui constitue une plateforme d’échange, permet aux participants de discuter avec des experts locaux et internationaux des thèmes d’actualité́, tout en mettant en exergue les programmes et offres d’accompagnement mis en place en soutien à l’entreprenariat, ainsi que les outils performants et stratégies nouvelles.

Le 2ème SEM, qui intervient après la période Covid-19 où le secteur de l’entrepreneuriat a beaucoup souffert, a pour objectif de redonner un peu de confiance aux entrepreneurs, de permettre aux entreprises de s’informer sur les secteurs porteurs, les leviers mis en place par la tutelle pour le développement du secteur et de rebondir via de nouveaux projets, a-t-il fait valoir.

Il s’agit aussi de booster les très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) et les start-ups, en enrichissant les échanges relatifs au renforcement de l’accompagnement.

Par ailleurs, M. Hamoumi a souligné que le digital doit être au service de tout le monde, estimant que l’entrepreneuriat de la femme et le développement durable demeurent de leviers de croissance.

Et de poursuivre: “Au Maroc, nous bénéficions du soutien de plusieurs acteurs qui œuvrent pour le développement de l’entrepreneuriat et pour la croissance de l’économie nationale. A ce rythme, nous pouvons nous attendre à une relance accélérée en 2023”.

De son côté, Fihr Kettani, vice-président de la Fédération des industries culturelles et créatives, a fait savoir que le Maroc représente 4% de l’économie africaine, un constat qui, selon lui, devrait interpeller les acteurs du secteur afin de développer un cadre favorable à la croissance de l’économie nationale.

La Charte de l’investissement devrait, a-t-il soutenu, être accompagnée d’un travail collectif pour la facilitation des procédures administratives au profit des entrepreneurs.

Pour sa part, Rédouane El Haloui, président de la Fédération des technologies d’information de télécommunication et de l’offshoring (APEBI) a fait part de sa satisfaction des avancées de la stratégie de transformation digitale à l’horizon 2030, mettant en avant l’importance de l’accompagnement des entreprises et de la création de la valeur.

Au menu de ce salon, figurent plusieurs axes, dont la sensibilisation à l’entrepreneuriat, soft skills, l’écosystème entrepreneurial au Maroc, l’industrie 5.0, la gouvernance d’entreprise, les secteurs porteurs, la révolution des services, l’entrepreneuriat comme créateur de valeurs, ainsi que la promotion de l’entrepreneuriat à l’international.

Lors de cette 2ème édition, un intérêt particulier est également accordé à l’entrepreneuriat féminin et au développement de la parité au sein de l’économie nationale, à l’implication des Marocains du monde dans la construction du Maroc nouveau et aussi à la dimension environnementale.

Source: MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page