Ecoles : l’Etat s’attaque au privé bon marché!

Vous pensez que l’enseignement supérieur est déjà suffisamment cher au Maroc? Attendez-vous alors à une réelle flambée cette année ou l’année prochaine au plus tard. Pour cause, l’accréditation des écoles, programmes et filières, n’est plus gratuite. En effet, l’Etat ayant créé une structure dédiée à cette tâche (l’Agence nationale d’évaluation et d’assurance qualité de l’enseignement supérieur…); cette dernière devra fonctionner comme un cabinet de certification avec des tarifs homme/jour.

L’Economiste dans son édition du jour donne le détail des prix totaux :
-50.000 pour l’évaluation d’un établissement et 70.000 pour l’ouverture d’une reconnaissance. ça c’est lorsqu’on est école privée ou institut.
Pour les universités, c’est naturellement plus cher :
-80.000 dirhams pour une évaluation et 100.000 dirhams pour une reconnaissance

Et même les établissements publics n’y échapperont pas :
-Un forfait de 200.000/an pour plus de 10 établissements et 150.000 si moins de 10
-Entre 7.000 et 12.000 pour accréditer une filière.

Ce n’est finalement que l’aboutissement logique du fait d’avoir rendu payant l’enseignement: puisque les établissements vendent leurs services, il n’y a alors aucune raison pour qu’ils bénéficient gratuitement des services de l’Etat.

Mais, ces derniers n’auront aucune gêne à répercuter ces nouveaux frais sur les ménages consommateurs. Ce qui va davantage accentuer la fracture sociale déjà créée par la montée du privé et la disparition programmée du public.

En effet, c’est une réelle sélection naturelle qui va s’opérer, à travers des barrières à l’entrée financières et réglementaires, au sein même du bloc enseignement privé: plus de possibilité pour un privé « populaire »…

Et?