Food-BoissonsNewsslide

Faut-il craindre une pénurie et une hausse des prix du lait et dérivés?

Éléments indispensables au mois de ramadan qui s’annonce, les produits laitiers risquent-ils de se faire rare pendant le mois sacré? Et qu’en est-il du prix en cette période? Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Les Inspirations Eco.

Très demandés pendant le mois du jeûne, les produits laitiers vont-ils s’inviter à nos tables ou risquent-ils de se faire rares? C’est la question à laquelle le quotidien Les Inspirations Eco tente de répondre dans son édition du mardi 21 mars. Le gouvernement a certes mis en place une série de mesures pour accompagner la filière laitière, notamment la subvention de l’importation des génisses, car «la cherté des aliments composés pour les vaches laitières pesait encore sur les épaules des éleveurs, dont certains n’ont pas hésité à switcher vers une autre activité telle que la viande», lit-on.

L’interprofession Maroc Lait se veut rassurante pour ce qui est de la disponibilité des produits laitiers. Aux mesures précitées s’ajoute, cette année; la bonne pluviométrie. Il n’y a donc aucune crainte quant à une pénurie en produits laitiers. Mais à quel prix? «Le pouvoir d’achat des citoyens reste encore très vulnérable. Les résultats d’une enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le HCP, montrent ainsi que, au quatrième trimestre 2022, le moral des ménages poursuit sa tendance baissière pour atteindre son niveau le plus bas depuis le début de l’enquête, en 2008».

Le passif est lourd. Au quatrième trimestre 2022, 83,1% des ménages déclarent une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 11,8% un maintien au même niveau et 5,1% une amélioration. Selon le Haut-Commissariat au plan, l’indice des prix à la consommation a connu, au cours du mois de janvier 2023, une hausse de 0,5% par rapport au mois précédent.

Cette variation est le résultat de la hausse de 1,4% de l’indice des produits alimentaires et de la baisse de 0,1% de l’indice des produits non alimentaires. Les hausses des produits alimentaires observées entre décembre 2022 et janvier 2023 concernent principalement les légumes avec 3,3%, les fruits (2,6%), le «Lait, fromage et œufs» (1,6%), les viandes (1,2%), les «Eaux minérales, boissons rafraichissantes, jus de fruits et de légumes» (0,6%), les Huiles et graisses (0,5%), le pain et céréales (0,3%) et les poissons et fruits de mer (0,2%).

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page