Food-BoissonsNewsslide

Difficultés de vente pour les bovins importés du Brésil dans le marché des viandes rouges

Les Marocains ne semblent pas intéressés par la race Nélore de bovins importée du Brésil, malgré les avantages qu’elle présente, d’après le quotidien Les Inspirations Eco dans son édition du 27 avril, Cette race est adaptée aux conditions climatiques du Maroc et permettrait d’augmenter l’offre de viande tout en contrôlant les prix. Cependant, les consommateurs ont exprimé des inquiétudes concernant la qualité du produit. Certains craignent que ces bovins soient bourrés de pesticides, tandis que d’autres estiment qu’ils ne sont pas réglementés ou contrôlés par les autorités. De plus, la viande produite par cette race serait moins grasse que celle des races européennes importées depuis 1972, ce qui pourrait influencer le goût.

Bouazza Kharrati, président de la Fédération marocaine des droits du consommateur et spécialiste de la santé animale, soutient que la race Nélore est le fruit d’un croisement réussi entre la vache brahmane et une race autochtone brésilienne. Il affirme que cette race est adaptée aux conditions climatiques du Maroc et résiste aux régimes alimentaires faibles. Cependant, il reproche aux importateurs de garder les animaux importés, ce qui constitue une atteinte à la politique du gouvernement visant à subvenir aux besoins des consommateurs en protéines d’origine animale. Il appelle le gouvernement à faire payer les taxes et impôts exonérés aux récalcitrants à l’abattage des bovins importés dans une période courte déterminée.

Récemment, le gouvernement marocain a suspendu la TVA à l’importation des bovins pour soutenir l’industrie locale de la viande. Cette mesure couvrira la période allant jusqu’au 31 décembre, mais elle a été critiquée par les défenseurs des droits des consommateurs, qui estiment que cela coûte de l’argent au contribuable sans garantie de résultats satisfaisants. En fin de compte, la race Nélore de bovins importée du Brésil continue de rencontrer des obstacles sur le marché marocain malgré les efforts du gouvernement et des experts pour la promouvoir.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page