Finances-CréditNewsService publicslide

Maroc: la croissance à 1,3% en 2022

L’arrêté des comptes nationaux de l’année 2022 révèle un net ralentissement de la croissance économique, atteignant 1,3% au lieu des 8% enregistrés l’année précédente, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Le HCP précise que les activités non agricoles ont connu une augmentation de 3%, tandis que celles du secteur agricole ont chuté de 12,9%. Ces données ont été publiées dans une note d’information provisoire relative aux comptes nationaux de l’année 2022.

Cette croissance, tirée par la demande extérieure, s’est produite dans un contexte marqué par une hausse de l’inflation et une détérioration des besoins de financement de l’économie nationale, souligne la même source.

En détail, la valeur ajoutée du secteur primaire en volume a diminué de 12,7%, après avoir enregistré une augmentation de 19% l’année précédente, selon le HCP. Cette contraction s’explique par une baisse de la valeur ajoutée de l’agriculture de 12,9% au lieu d’une hausse de 19,5%, et de celle de la pêche de 9,7% au lieu d’une hausse de 9,9% en 2021.

De son côté, la valeur ajoutée du secteur secondaire a connu un ralentissement de sa croissance, passant de 7,1% l’année précédente à une baisse de 1,7% en 2022.

Cela s’explique, selon la note, par la baisse de la valeur ajoutée de l’industrie extractive de 9,4% au lieu d’une hausse de 7,3%, du secteur du bâtiment et des travaux publics de 3,6% au lieu d’une hausse de 4,7%, du secteur de l’électricité, du gaz, de l’eau, de l’assainissement et des déchets de 3,2% au lieu d’une hausse de 7,5%, et de la hausse de la valeur ajoutée des industries manufacturières de seulement 0,3% au lieu d’une hausse de 7,8%.

En outre, la valeur ajoutée du secteur tertiaire a enregistré un ralentissement de sa croissance, passant de 5,8% l’année précédente à 5,4% en 2022.

Cette évolution a été marquée par le ralentissement des activités de recherche et développement et des services rendus aux entreprises, passant de 9,6% à 5,4%, ainsi que par les services rendus par l’administration publique générale et la sécurité sociale, qui sont passés de 5,1% à 4,2%. Les secteurs des transports et de l’entreposage ont également connu un ralentissement à 3,8% au lieu de 10,5%, tandis que les services immobiliers ont augmenté de 1,4% au lieu de 2,9% et le secteur du commerce et de la réparation de véhicules a enregistré une faible croissance de 0,4% au lieu de 8,2%.

Cependant, certains secteurs ont connu une croissance plus soutenue, notamment l’hébergement et la restauration, qui ont augmenté de 53,7% au lieu de 15,4%, ainsi que les services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale, qui ont enregistré une croissance de 5,5% au lieu de 3,6%. Les services financiers et les assurances ont également connu une hausse de 7,0% au lieu de 4,8%, et le secteur de l’information et de la communication a enregistré une croissance de 2,6% au lieu d’une baisse de 1,5%, ajoute le HCP.

En termes de prix courants, le produit intérieur brut (PIB) national a augmenté de 4,3% en 2022, entraînant une hausse du niveau général des prix de 3,1% au lieu de 2,4% en 2021.

avec MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page