Bien-Etre SantéNewsslide

En France, une alerte officielle lancée contre de célèbres médicaments sans ordonnace

Parmi eux les marques Actifed, Dolirhume, Nurofen, Humex ou encore Rhinadvil

L’Agence française nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a récemment émis une alerte concernant les risques liés à la consommation de médicaments en comprimés contre le rhume. Parmi les médicaments visés par cette alerte figurent des noms familiers que l’on peut acheter sans ordonnance, tels qu’Actifed, Dolirhume, Nurofen, Humex ou Rhinadvil, qui contiennent de la pseudoéphédrine.

Ces médicaments vasoconstricteurs peuvent en effet provoquer des effets indésirables rares mais bien réels, ce qui a justifié le lancement de cette alerte. La présidente de l’ANSM a notamment mis en garde contre les risques d’infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux liés à leur utilisation.

En 2021, l’ANSM avait déjà averti que ces médicaments, bien que disponibles sans ordonnance, ne devraient pas être utilisés par des mineurs de moins de 15 ans, par des femmes enceintes ou allaitantes. L’agence a également souligné l’importance pour les consommateurs de discuter de leurs antécédents médicaux et des contre-indications avec leur pharmacien.

Bien qu’il n’y ait actuellement aucune interdiction en place, des changements sont à prévoir d’ici la fin de 2023. Depuis le début de l’année 2023, l’Union européenne mène une réévaluation du statut de ces médicaments et devrait publier ses conclusions d’ici la fin de l’année. Cette enquête fait suite à des cas de patients ayant connu des accidents vasculaires cérébraux et cardiaques après avoir consommé certains de ces médicaments. Cependant, il n’y a pas encore de preuve concluante établissant un lien direct entre ces effets indésirables et la consommation de ces médicaments. En attendant les résultats de l’enquête, il ne sera pas possible d’interdire la vente de ces comprimés, mais les pharmaciens seront invités à les déconseiller aux clients qui en font la demande. Malgré ces préoccupations, ces médicaments demeurent populaires, avec trois millions de boîtes vendues rien qu’au cours de la dernière année.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page