Food-BoissonsNewsslide

Les établissements de restauration expriment leur mécontentement envers les municipalités

La Fédération nationale des propriétaires de cafés et de restaurants au Maroc, réunie en urgence, alerte sur les conséquences préjudiciables des actions des municipalités et des établissements publics sur un secteur déjà fragilisé.

Selon un article d’Al Ahdath Al Maghribia du 8 décembre, la fédération considère que l’augmentation constante des fermetures dans le secteur découle de décisions « excessives » prises au fil des années par les municipalités et certains établissements publics, profitant d’un vide réglementaire pour imposer leurs choix.

La Fédération dénonce également la concurrence déloyale des « cafés ambulants » qui prolifèrent sans autorisation. Elle questionne le silence des autorités locales face à cette activité non réglementée, malgré ses alertes au ministère de l’Intérieur.

Au-delà de ces préoccupations, la fédération répond principalement à la multiplication des décisions prises par certains présidents de communes. Elle pointe notamment la récente autorisation des food-trucks par la mairie de Casablanca et l’augmentation de 700% des taxes sur l’exploitation temporaire de l’espace public par la ville de Rabat.

La fédération tire la sonnette d’alarme en citant l’exemple de la ville de Fès, où 320 cafés et restaurants ont fait faillite au cours des quatre derniers mois, mettant en péril l’avenir du secteur et des milliers d’emplois associés. Elle souligne également les opérations de contrôle et de recouvrement de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), imposant des pénalités parfois supérieures à la valeur du fonds de commerce de l’établissement concerné.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page