Crédit Immo’ : les banques participatives plus chères!

finance islamique hala 1 juillet 2016 finance credit

La finance participative fait ses premiers pas au Maroc. Il semble que les premières impressions de la clientèle soient plutôt mitigées avec tout de même un certain accord sur le fait qu’elle soit plus chère que le crédit classique.

Au-delà des innombrables réactions négatives et autres coups de gueule sur les réseaux sociaux, le journal la Vie Eco s’est livré à un exercice bien intelligent de comparer le prêt immobilier (Mourabaha) auprès des deux systèmes de financement. Nous reproduisons ci-après un tableau comparatif.

Il ressort en effet que le crédit participatif est de 3,3% plus cher que le crédit conventionnel (un équivalent de taux de 5,7% contre 5,3% conventionnels).

On n’explique pas ce qui fait cette cherté. Mais il y a d’autres éléments qui rendent ce type de financement peu compétitif (hormis arguments théologiques) face au crédit classique. Le plus prohibitif de tout est cette quasi-impossibilité de financement à 100%. En effet il est demandé au client (acquéreur) d’apporter une avance appelée Hamich Al Jiddya (apport preuve de sérieux). Cette avance est fixée à 10% du montant du crédit chez Bank Assafa qui est la seule à l’afficher clairement.

Source : la Vie Eco

A cela il faut ajouter l’absence d’une assurance faute de produits conformes à la Chariaa. Il faudra donc en ajouter le coût : celui effectif à payer une fois ces produits disponibles mais également celui du risque non couvert!

Cette cherté apparente du crédit islamique laisse en tout cas une marge d’amélioration considérable pour en offrir davantage au consommateur dans le futur.

Aux banques de jouer le jeu.