Culture LoisirsNewsService publicslide

Deniers publiques: les aides aux chanteurs créent la polémique!

14 millions de dirhams. C’est le montant total de la subvention exceptionnelle accordée par le ministère de la culture en guise de soutien aux musiciens, ou en tout cas à certains d’entre eux. Car il s’agit en effet d’une liste bien définie, pour ne pas dire restreinte, de 146 projets.

Sur cette liste, figure des artistes bien connus du grand public tels que: Nouaamane Lahlou, les frères El Ghaoui ou encore les stars de Studio 2M: Imane Karkibou, Laila Berrak, Youssef Guelzim, etc.

Les montants distribués varient entre 40.000 et 180.000 dirhams.

Dès sa publication la liste suscite une vive réaction sur les réseaux sociaux, une réaction qui frôle le tollé.

Les critiques foisonnent et ont pour objets quatre principaux griefs:

-Pourquoi autant de générosité avec les chanteurs quand on a été très exigeants vis-à-vis des ménages pauvres lors de la distribution des aides Covid-19 et pour des montants mille fois moins importants?!

-Qu’en est-il du corps médical qui s’est investi avec dévouement et courage dans la gestion de la pandémie, privé de surcroît de vacances?

-Pourquoi aider une liste restreinte d’artistes dont bon nombre ne sont pas dans le besoin et disposent de ressources de revenus extra-artistiques?

-Qu’en est-il des petits musiciens et chanteurs réellement dans le besoin, ceux qui animent les petits mariages et petites fêtes de famille?

La polémique est telle qu’elle a fait sortir la chanteuse Latifa Raafat de ses gonds pour dénoncer ce qu’elle semble qualifier de dilapidation de deniers publics lors d’un live Intsagram aux allures d’une prise de position politique dirigée sans détour contre le ministre de la culture Othman El Ferdaous.

 

 

2 commentaires

  1. Bonjour à tous,
    Le problème ici n’est tant l’aide en soit.
    En période normale, certains soit-disant artiste ou cinéastes dilapident jusqu’à 5 000 000 de dh pour produire des navets ou des obscénités tel ould ayouch.
    Le vrai problème est la liste élaborée qui ne différencie pas fntre un artiste qui n’a pas de quoi mznger, qui a sacrifié sa vie à cet « art » et des personnes qui, non seulement n’apporte rien, mais souvent disposent de véritables fortunes.
    Le seul qui a osé rendre cet argent « à la caisse Covid » est le véritable artiste Nouaamane Lahlou. Ce dernier a carrément déclaré arrêter toute production durant cette période pour éviter toute polémique.
    Ainsi donc, il apparaît clairement que si le principe de certaines décisions reste louables, les modalités d’application et les choix des bénéficiaires devient alors un champs d’intervention, d’abus et de gabegie.
    يقول المثل الداريجي : باللارج بغا يبوس ولدو عورو.
    لا حول ولا قوة إلا بالله العلي العظيم حسبنا الله ونعم الوكيل

Répondre à Rachid Annuler la réponse.

Bouton retour en haut de la page