Food-BoissonsNewsslide

Huile de table: il faut s’attendre à une nouvelle augmentation des prix

Après une première hausse des prix très contestée en février, les producteurs d’huile de table envisagent d’augmenter à nouveau leurs prix. Il faut s’attendre à une hausse comprise entre 1,5 dirham et 2 dirhams le litre.

Une mauvaise surprise attend les consommateurs dans les quelques jours à venir. D’après le quotidien Al Massae qui rapporte l’information dans son édition du lundi 24 mai, le prix de l’huile de table va encore grimper. L’augmentation sera de l’ordre de celle que les producteurs ont déjà appliquée il y a trois mois et qui a suscité une vive réaction des consommateurs, étant donné le contexte très difficile dans lequel elle est intervenue.

Concrètement, il faut s’attendre à une augmentation de l’ordre de 1,5 à 2 dirhams le litre, soit une hausse de 10 dirhams environ le bidon de 5 litres, précise le quotidien. Cette fois, toutes les marques vont suivre le mouvement, même celles qui ont préféré ne pas répercuter entièrement la hausse des matières premières sur le consommateur final en février dernier. La première hausse des prix, survenue il y a trois mois, a été contestée aussi bien par les commerçants que par les consommateurs. Ces derniers, poursuit Al Massae, avaient même envisagé l’éventualité de boycotter certaines marques d’huile de table.

Bref, relève le journal, avec ces deux hausses successives, les prix de l’huile de table culmineront à un niveau jamais égalé. Cela se répercutera évidemment sur le pouvoir d’achat des ménages, mais également sur les revenus des professionnels dont l’activité repose essentiellement sur cette denrée alimentaire, notamment les métiers de la restauration, entre autres. La précédente hausse des prix, en février, a été expliquée par les producteurs par une flambée des cours internationaux des matières premières. C’est semble-t-il toujours le cas.

Cela dit, selon les producteurs, la hausse des prix aurait été plus importante, la première fois, s’ils n’avaient pas constitué un stock auparavant. Les achats réalisés avant la flambée des prix, expliquaient-ils à l’époque, ont pu permettre de retarder au maximum la répercussion du cours de la matière première sur le prix de vente. Cette augmentation a donc été appliquée de façon progressive et modérée, ne répercutant que partiellement la hausse réelle de la matière première.

Durant cette période, le cours du soja, utilisé dans la fabrication de l’huile de table, a grimpé de 80% alors que le prix des graines de tournesol a connu une hausse de 90% durant la même période, précise le quotidien. Les prix n’ont cessé d’augmenter depuis. A fin avril, sur le marché de Rotterdam par exemple, l’huile de colza atteint 1.200 dollars la tonne, l’huile de soja près de 1.400 dollars, et l’huile de tournesol 1.600 dollars. Même l’huile de palme a passé la barre des 1.000 dollars la tonne. Il y a tout juste un an, l’huile de colza était à 775 $/t et l’huile de soja à 675 $/t. En gros, les prix ont quasiment doublé en une année et, dans le contexte international actuel, les perspectives ne sont pas du tout bonnes.

Source: Le360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page