Food-BoissonsNewsslide

[Billet] Alimentaire: une flambée des prix qui met le futur gouvernement au défi!

Le prochain gouvernement Akhannouch a déjà sa première grande épreuve, autant dire qu’il s’agit d’une chance inouïe pour gagner définitivement la confiance des Marocains et montrer qu’il a bien mérité leur vote massif. Car il s’agit, en effet, d’une épreuve qui touche à leurs poches et estomacs. C’est d’augmentations de prix qu’on parle. En effet, passée l’ivresse des vacances d’été et de la fête démocratique que furent les élections, les consommateurs marocains ont ouvert les yeux sur des augmentations exponentielles des prix: +20% sur l’huile de table, +50 sur les lentilles, +40% sur la semoule…pour ne citer que ces matières.

L’explication, et il y en aura toujours, réside naturellement dans la répercussion des augmentations déjà constatées à l’étranger car il s’agit de denrées dont le Maroc est un importateur net (malgré la réussite incontestée du Plan Vert!).

Derrière cette flambée mondiale, de mauvaises récoltes dans les principaux pays producteurs à cause d’intempéries. Ainsi, l’Europe a été frappée par le gel et les fortes précipitations, quand l’Amérique du Nord et le Brésil ont subi une forte sécheresse… « Les conditions climatiques exceptionnelles connues sur la majorité des continents causent, en ce mois de septembre, une flambée des prix des céréales et des fruits », fait constater un article du très sérieux magazine Usine Nouvelle.

Outre les aléas climatiques, les coûts intermédiaires ont eux aussi contribué à aggraver la situation, en particulier les coûts de transport international et d’emballage. Ainsi, à cause de la baisse du trafic due aux restrictions liées au Covid, les armateurs ont augmenté leurs prix pour couvrir des coûts de rentabiliser des voyages peu nombreux pour permettre des économies d’échelle significatives (imaginez le comportement d’un taxi qui va dans une zone reculée sans avoir l’assurance de revenir plein). « Selon les industriels du café, qui importent la totalité de leur matière première par bateau, le coût des conteneurs dans les grands ports internationaux est passé de 7000 à 12 000, voire 14 000 dollars soit un tarif 5,4 fois plus élevé que le coût moyen sur les cinq dernières années », rapporte Usine Nouvelle.

Pour l’emballage, on enregistre un hausse de 45% du prix du carton et de 19% sur le papier, à cause de la reprise de la demande Chinoise. Le PET (utilisés dans les bouteilles en plastique) n’est pas en reste avec +50%.

Donc oui la situation est suffisamment sérieuse à l’international pour justifier des augmentations objectives au Maroc. Mais, lorsqu’on sait que les deux gouvernements PJD ont été sanctionnés notamment à cause de leurs attaques répétitives adressées au pouvoir d’achat, il y a lieu d’espérer que le gouvernement, en cours de constitution, ait l’intelligence de marquer sa rupture avec l’ère islamiste en faisant un geste à ce niveau.

Mais lequel des gestes?

Laissons à l’équipe Akhannouch l’opportunité de nous étonner par son ingéniosité, d’autant plus qu’elle comptera, à coup sûr, des calibres de hauts niveaux.

A suivre…

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page