Food-BoissonsNewsslide

Maroc : la filière oléagineux veut cultiver 80 000 hectares de colza et de tournesol d’ici 2030

Au Maroc, la consommation d’huile végétale affiche un niveau sans cesse croissant depuis une décennie. Face à cette tendance, de nombreux efforts sont déployés pour augmenter la production nationale qui reste encore faible.

Au Maroc, l’industrie des oléagineux a de grandes ambitions. Dans sa nouvelle stratégie dénommée « Al Jayl Al Akhdar », la filière envisage de doubler les superficies emblavées à 80 000 hectares à l’horizon 2030 dont 30 000 en colza et 50 000 pour le tournesol.

Cette ambition a été annoncée en marge de la conférence dédiée au programme « Maghreb oléagineux » cofinancé par l’Union européenne et initié par l’interprofession française Terres Univia au profit du développement du secteur. Elle devrait permettre d’atteindre une production capable de satisfaire à cette échéance, 15 % des besoins de consommation du marché intérieur contre 1,7 % en 2019 et générer 170 000 emplois.

« La stratégie Al Jayl Al Akhdar permettra de consolider et pérenniser les acquis du Plan Maroc Vert et de poursuivre la structuration du secteur en encourageant dans les territoires ruraux l’essor d’organisations agricoles et d’entrepreneurs », a expliqué Nabil Chaouki, directeur de développement des filières de production au ministère de l’Agriculture.

Il faut souligner que la nouvelle feuille de route de la filière oléagineux fait suite au contrat-programme sur la période 2013-2020 signé entre le gouvernement et la Fédération interprofessionnelle des oléagineux (FOLEA). Ce projet d’environ 420 millions de dirhams (46 millions $) visait 127 000 hectares de cultures oléagineuses dont 85 000 pour le tournesol et 42 000 pour le colza.

Pour rappel, la production d’oléagineux au Maroc reste encore insuffisante pour combler la consommation du pays. Le Royaume chérifien a acheté en 2020/2021, 450 000 tonnes d’huile de soja sur le marché international, ce qui en fait le 7e importateur mondial d’après le Département américain de l’agriculture (USDA).

En dehors du tournesol et du colza, le Maroc cultive aussi de l’arachide qui est destinée essentiellement à la consommation de bouche.

Source: agenceecofin.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page