NewsService publicslide

Gouvernement: c’est la ruée vers les cabinets, les ministres croulent sous des avalanches de CV

Les ministres vont bientôt entamer la formation de leur cabinet. Des dizaines de postes sont à pourvoir. Aucune qualification particulière n’est légalement requise. Les «cabinards» s'en vont à la fin du mandat du ministre.

C’est une coutume chez nous. Après la nomination du gouvernement, intervient une deuxième vague de nominations encore plus vaste. Elle porte généralement sur les membres des partis formant la coalition gouvernementale. Ce sont les fameux «cabinards». Le quotidien Al Akhbar, qui a fait ses calculs, parle, dans son édition du jeudi 28 octobre, d’au moins 150 postes à pourvoir dans l’actuelle configuration gouvernementale. Le nombre est peut-être beaucoup plus important.

D’après le quotidien, c’est une véritable course qui s’est déclarée, depuis quelques jours, dans les rangs des trois partis politiques qui forment la majorité gouvernementale, pour remporter un poste de conseiller dans un cabinet ministériel. Les bureaux des ministres croulent déjà sous des centaines de CV déposés par les postulants. Pour le moment, la plupart des membres du gouvernement n’ont pas encore entrepris de constituer leur cabinet, précise le quotidien. Ils attendent sans doute, poursuit Al Akhbar, l’adoption, vers fin décembre, du projet de loi de Finances, actuellement débattu au Parlement.

Cependant, souligne le quotidien, certains ministres, comme Nizar Baraka et Abdellatif Ouahbi, ont déjà commencé par nommer leur chef de cabinet et le chef de leur secrétariat en attendant de compléter leur staff ultérieurement. Notons qu’en principe, un chef de cabinet, directement rattaché au ministre et sous son autorité, est chargé d’assister ce dernier dans l’exécution des missions qui lui sont confiées, d’animer et diriger l’ensemble de l’équipe du cabinet et de superviser les activités des membres et des services du cabinet. Il a également pour mission d’assurer une liaison permanente entre le cabinet et les structures techniques et administratives du ministère.

Traditionnellement, l’équipe rapprochée d’un ministre, qu’il nomme lui-même, est composée d’un chef de cabinet, de conseillers techniques en charge de dossiers spécifiques, de conseillers juridiques ou en communication, ou encore de secrétaires particuliers. A priori, aucune qualification particulière n’est légalement requise pour faire partie du cabinet d’un membre du gouvernement. Chaque ministre peut ainsi recruter un chef de cabinet, cinq conseillers techniques, un chargé de communication et un chef de secrétariat particulier. Les ministres ont également la possibilité de faire appel aux services de chargés d’études ou chargés de mission et, depuis quelque temps, recruter, sous contrat, des experts. Il va sans dire que la mission des membres du cabinet d’un ministre prennent fin au terme du mandat de ce dernier.

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page