Finances-CréditNewsslide

La CGEM présente les résultats de son baromètre de conjoncture lancé en avril dernier auprès de 1200 chefs d’entreprise

Les chefs d’entreprise marocains préoccupés par la situation économique mais optimistes quant à l’avenir

Selon le récent baromètre de conjoncture lancé par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), les chefs d’entreprise marocains sont préoccupés par la situation économique mais demeurent optimistes quant à la performance de leurs propres entreprises et à l’avenir. L’enquête, réalisée en avril dernier, a recueilli l’opinion de 1200 participants répartis dans toutes les régions du pays.

Le baromètre met en évidence une détérioration marquée de la trésorerie et de la rentabilité des entreprises interrogées, principalement en raison de l’impact de la crise liée au Covid-19. Cependant, une légère amélioration est prévue au cours des six prochains mois. Malgré ces difficultés, les équilibres en matière d’emploi semblent être préservés.

Pour faire face à ces problèmes, plus d’un tiers des répondants ont bénéficié des crédits Damane Oxygène et Relance, tandis que 65% continuent de rembourser leurs prêts. Ils ressentent également l’impact significatif de la hausse du taux directeur sur les taux d’intérêt.

En ce qui concerne les projections d’investissement, 64% des participants prévoient d’investir au cours des 12 prochains mois, mais seulement 8% d’entre eux ont des projets d’une valeur supérieure à 50 millions de dirhams. Malgré ces prévisions, il existe une méconnaissance importante des dispositifs d’accompagnement à l’investissement, avec seulement 40% des répondants connaissant la charte de l’investissement et moins de 23% étant familiers avec le programme TATWIR R&D et Innovation.

En ce qui concerne l’environnement des affaires, les principales préoccupations des chefs d’entreprise concernent l’inflation, la concurrence déloyale de l’économie informelle, la pression fiscale, les difficultés d’accès au financement et le coût des terrains. La transition vers une économie décarbonée n’est considérée que par 34% des entreprises, qui ont engagé des actions en ce sens au cours des 12 derniers mois.

Les résultats de ce baromètre fourniront des informations précieuses pour la CGEM, qui pourra ainsi élaborer sa feuille de route et appuyer ses plaidoyers lors des discussions avec le gouvernement en faveur de la création d’un climat des affaires propice à l’investissement et d’une relance économique rapide et durable.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page