NewsService publicslide

Une station de dessalement d’eau de mer à Casablanca sera alimentée par l’énergie éolienne

La station de dessalement d’eau de mer de Casablanca fonctionnera avec de l’énergie éolienne, selon le directeur général de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi. Les travaux de construction de cette usine commenceront en 2024 et devraient être achevés d’ici 2026. Cette information a été rapportée dans un article du quotidien Al Ahdath Al Maghribia du 9 juin.Lors d’une réunion tenue récemment, El Hafidi a déclaré que la station de dessalement de Casablanca sera réalisée dans un délai record de 30 mois. Les équipes de l’ONEE ont travaillé jour et nuit pour préparer les études et lancer des appels d’offres nationaux et internationaux. Trois consortiums internationaux ont été présélectionnés et les entreprises soumissionnaires seront choisies prochainement. Les offres seront reçues en juillet afin de permettre le début des travaux de construction de la station en 2024 et son exploitation avant la fin de 2026.Le coût de production d’un mètre cube d’eau dessalée sera soumis aux exigences du cahier des charges, qui stipule que seule l’énergie électrique provenant de sources renouvelables, notamment l’énergie éolienne, devra être utilisée.Le projet consiste à concevoir, financer, réaliser et exploiter une station de dessalement d’eau de mer d’une capacité de 548 000 mètres cubes par jour, extensible à 822 000 mètres cubes par jour, pendant une période de 30 ans (3 ans pour la réalisation et 27 ans pour l’exploitation). Il inclut également les travaux de transport maritime de l’eau de mer et de son rejet, ainsi que l’alimentation en énergie renouvelable.L’usine sera construite sur une superficie de 50 hectares, à environ 40 kilomètres de Casablanca, près de Bir Jdid. Ce projet vise à fournir de l’eau potable à 6,7 millions d’habitants répartis dans différentes zones du Grand Casablanca, y compris Casablanca-Mohammedia, les centres urbains et ruraux environnants, les zones industrielles et touristiques, Berrechid, Settat, El Jadida et Azemmour.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page