Bien-Etre SantéFormation-CarrièreNewsService publicslide

Fuite des professionnels de la santé : le CESE lance l’alerte

Dans son rapport annuel, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) tire la sonnette d’alarme concernant la fuite des médecins et le manque de personnel médical. Cet article est une synthèse d’un article paru dans le quotidien Al Ahdath Al Maghribia. La pénurie de professionnels de la santé au Maroc, accentuée par le départ des médecins, risque de compromettre la qualité des soins et l’accès aux services médicaux pour les citoyens marocains, selon le constat du CESE dans son rapport annuel pour l’année 2022.

Selon les informations du 1er décembre d’Al Ahdath Al Maghribia, le rapport du CESE indique que le pays perd entre 600 et 700 médecins chaque année, soit 30% du nombre actuel de médecins formés. Cette fuite concerne toutes les catégories de professionnels de la santé, y compris les médecins spécialisés, les enseignants en médecine et les étudiants.

En 2022, le Maroc affiche une densité médicale et paramédicale de seulement 1,7 professionnel de la santé pour 1 000 habitants, bien en deçà du seuil critique de 4,45 fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette situation préoccupante pourrait empirer avec la croissance démographique attendue dans le pays.

Le CESE, présidé par Ahmed Reda Chami, souligne que la conjoncture actuelle, combinée à la croissance démographique prévue, risque d’aggraver le déficit en personnel de santé, mettant en péril la qualité des soins et l’accès aux services médicaux.

Bien que le CESE reconnaisse que les autorités publiques sont conscientes de la nécessité d’augmenter le nombre de professionnels de la santé – comme en témoigne la réduction de la durée de formation de sept à six ans – cette mesure demeure insuffisante pour pallier le déficit du secteur.

Face à cette réalité, l’institution constitutionnelle recommande la mise en place de mesures proactives et innovantes. Parmi celles-ci figurent le renforcement des opportunités de rotation et de mobilité des professionnels de la santé dans les régions sous-dotées, tel que rapporté par Al Ahdath Al Maghribia.

Le CESE propose également d’autres initiatives, notamment l’instauration d’un système d’augmentation progressive et systématique des salaires des professionnels de la santé, associé à une rémunération basée sur la performance, ainsi que le renforcement des compétences des professionnels déjà en exercice.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page