Food-BoissonsNewsslide

Boycott: le DG de Centrale Danone vide son sac

Depuis le début du boycott, Centrale Danone a été parmi les marques visées celle qui prend le plus les devants en termes de communication, avec beaucoup de dégâts il faut le dire.

Aujourd’hui, elle franchit un cap supplémentaire, voire ultime: le DG Didier Lamblin prend publiquement la parole.

Sorti simultanément sur L’Economiste, Atlantic Radio et médias24, ce dernier dit tout, tout ce qui peut être dit au vu du  statut de l’entreprise en tant que  valeur cotée en bourse.

Qu’est ce qu’on en retient? Verbatims (repris à medias24):

-« Notre business est affecté suite au boycott qui dure depuis cinq semaines maintenant ».

– « l’impact est très significatif et qu’il a conduit à l’adoption de deux mesures, outre les mesures préventives déjà prises comme le fait de freiner les recrutement, d’arrêter toute formation, de geler tous les investissements, d’arrêter toutes les donations aux fondations ».

-« La première est la réduction de la collecte parce qu’on ne sait plus quoi faire du lait. La deuxième est l’arrêt de tous les contrats d’intérim de moins de six mois (courte durée), pour faire face aux nombreux arrêts de lignes de production et à la réorganisation de nos tournées de camions ».

-« Ce qui nous préoccupe, c’est quand on demande aux personnes qui boycottent pour quelles raisons elles le font, beaucoup répondent qu’elles ne savent pas et qu’elles ne font que suivre le mouvement« .

-« Nous sommes une victime totalement collatérale de ce boycott ».

-« Nous avons aujourd’hui de très loin les meilleurs produits du marché, qui répondent à 100% à la réglementation marocaine. Des produits qui sont les seuls faits avec du lait sans antibiotique« .

-« Je sais qu’à l’époque de mon prédécesseur, il y a eu une tentative d’augmentation du prix du lait qui a été bloquée par le gouvernement. C’est la seul tentative d’augmentation des prix à ma connaissance ».

-« L’inflation est avérée au Maroc et malgré tout, j’ai continué à augmenter les salaires et à recruter ».

« Malheureusement, dès qu’elle a vu ces actions (NDLR. l’offre promotionnelle durant le Ramadan) et leur impact sur le boycott, l’armée qu’il y a derrière a lâché des quantités de fake news (sur la qualité) ».

« Devant cette avalanche de fake news, j’ai réagi autrement. Maintenant, on attaque au pénal, pour diffamation, les personnes derrières ces informations qui sont complètement mensongères ».

-« Nous croyons dans ce pays, nous croyons dans le futur, on n’est pas ici depuis 70 ans pour sortir aujourd’hui. On est là pour des siècles et quel que soit le coup qui nous est porté aujourd’hui on va résister, on va se réinventer pour montrer qui on est ».

-« On est les inventeurs du yaourt, on a une histoire qui remonte à 1850 pour les fromages et à 1919 pour les produits laitiers frais ».

-« On ne serait pas au Maroc depuis des dizaines d’années si on jouait avec la qualité de nos produits »

-« Notre marge brute sur un pack de lait frais de 900 ml est de l’ordre de 15 centimes. Cette marge ne couvre même pas nos coûts marketing, de force de vente au niveau central… On est sur du service public ».

-« Cette activité (du lait) nous intéresse parce qu’elle nous donne accès à un lait de qualité pour fabriquer les produits dérivés qui rémunèrent mieux, ainsi qu’à un réseau de distribution capillaire qui nous permet d’être la seule société présente dans 78.000 points de vente avec une approche directe »

-« Le lait non collecté par Centrale Danone peut devenir du lait de colportage ou être vendu à d’autres coopératives »

-« Depuis le démarrage du boycott, aucun de nos concurrents ne nous a demandé de prendre un litre de lait. C’est une chose qui nous surprend ».

-« Jusqu’à hier, nous avons collecté l’ensemble de notre lait. Mais on ne pouvait plus tenir. Nous espérons un retournement de la situation ».

-« Nous avons eu un soutien infaillible du groupe Danone même si nous avons une addition qui sera très lourde« .

-« Je reste optimiste mais ça nous prendra des années pour récupérer notre position (en termes de parts de marché) ».

-« Les consommateurs attendent qu’on réinvente Centrale Danone. Qu’on réinvente son offre mais surtout sa communication ».

-« Je pense qu’on a pêché par humilité de ne pas avoir dit tout ce qu’on fait de bien pour ce pays ».

« 80% de notre sourcing est marocain et chaque jour, j’augmente le sourcing au Maroc. On mène des actions pour améliorer la nutrition des populations, on a des projets ambitieux pour aider les éleveurs à améliorer leurs revenus. Je pense qu’on doit être un peu moins humble et communiquer un peu plus fortement sur les actions magnifiques que nous menons ».

2 commentaires

  1. Bravo pour le chantage à l’emploi, l’investissement et les donations!!! vous auriez certainement pas tenu ce type de langage si vous aviez du respect pour vos clients!!

  2. En lisant cet article je me vois dans l’obligence d’avouer que je ne fais que suivre et j’ai posée la question a des proches eux aussi ne savent pas pourquoi

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page