OCP en passe de réussir sa transition industrielle!

Plus de produits transformés (engrais et acide), moins de matière brute et de roche. C’était ça en gros le pari fait par Mustapha Terrab, PDG, au lendemain de sa prise des commandes de l’OCP. Un pari qui a nécessité un plan d’investissement colossal, sur plusieurs années avec des dettes qui pèsent lourd aujourd’hui sur la structure financière de cette entreprise publique tout autant emblématique que névralgique.

Mais si les remboursements sont envisagés à titre pluriannuel, il est important de s’assurer que leur source de financement, soit les ventes de l’OCP, est à son tour assurée.

A ce propos, les résultats à fin septembre 2018 fournissent des indicateurs pour le moins encourageants.

En effet, le chiffre d’affaires de la firme ressort en hausse de 14% à 41 milliards de dirhams. Mais le plus important est que la part qu’y représente la roche n’est que de 18%.

La plus grosse part revient en effet aux engrais avec 56% du total. L’acide phosphorique représente lui 16%.

Ainsi l’OCP agit de plus en plus en multinationale industrielle de la chimie au lieu du statut d’extracteur et distributeur officiel des phosphates marocaines qu’il a traîné pendant près d’un siècle!