2018: le consommateur, premier bailleur de fonds de l’Etat!

149 milliards de dirhams. C’est le total des recettes fiscales collectées par la DGI en 2018 d’après des données révélées par le site medias24.com.

Ce chiffre ressort en augmentation de 4,3% par rapport à 2017, soit 6 milliards de plus. C’est dire que la pression du fisc pour renflouer les caisses de l’Etat a été bien efficace.

Là où elle s’est manifesté le plus était au niveau de l’IR (particuliers, salariés et entreprises individuelles) avec une croissance annuelle de 7,1%, à 43,66 milliards de dirhams.

L’IR est suivi par un autre impôt touchant les ménages et leur pouvoir d’achat: la TVA. Son total collecté a augmenté de 5,8% à 31,8 milliards.

La somme des deux fait que le consommateur lambda est le premier bailleur de fonds de l’Etat avec un total de 75,46 milliards de dirhams.

L’IS n’est pas en reste: +1% à 52,46 milliards.

La croissance de la somme des impôts collectés dans un contexte où la croissance économique est au ralenti montre que les mesures prises par la DGI (digitalisation, redressements, amnistie, etc.) ont porté leurs fruits. Mais, est-ce soutenable à terme?

Par ailleurs, le trop de pression sur le pouvoir d’achat risque de faire ralentir la demande interne, principal moteur de la croissance au Maroc.

Est ce qu’on ne serait pas en train de couper la branche sur laquelle on est assis?