Taghazout Bay: un nouveau scandale immobilier éclate, après une visite royale

Comme un air de Houceima à Taghazout Bay. En effet, après une visite royale sur le chantier de la station balnéaire en banlieue d’Agadir, l’ordre est donné d’arrêter les chantiers et de prendre les mesures correctives qui s’imposent.

En effet, plusieurs manquements et dérogations au plan de départ ont été constatées. Et c’est encore une fois la CDG qui en prend pour son grade à travers son fond d’investissement touristique Madaef qui héberge en son sein
la Société d’Aménagement et de Promotion de la Station de Taghazout – SAPST.

On est pour l’heure loin du scénario judiciaire ayant marqué le scandale Badis d’Al Hoceima.  En effet, il a été (juste) ordonné par le biais d’un courrier datant 15 février émanant du caïd local, à Mounia Boucetta, en sa qualité de représentante légale de Madaef, de procéder à la démolition express (sous 48h) de:

-4 villas construites illégalement, d’une superficie de 160 m2 chacune

-Deux chambres ajoutées illégalement au niveau de la façade sud du deuxième étage de l’hôtel Hyatt Regency.

D’après la presse nationale, l’affaire ne devrait pas s’arrêter là. Ainsi, affirme le360.com citant Al Akhbar, « tout porte à croire qu’un véritable «séisme», avec comme épicentre cette station, risque d’emporter plusieurs hauts responsables locaux et des acteurs publics, avec à leur tête la CDG qui est l’un des grands partenaires dans ce projet ».

Pour rappel, tout a commencé samedi 8 février. Le roi, en visite dans la capitale du Souss, a décidé de se rendre dans la station pour une visite non programmée. Il est resté quatre heures sur place. Et ce qu’il a vu ne lui a pas du tout plu. Il n’était manifestement pas, écrit le quotidien, satisfait du déroulement des travaux dans cette station de 650 hectares, l’une des plus importantes en Afrique du Nord.

Il semble d’après les informations dont nous disposons que les manquements constatés chez Madaef ne soit pas les plus importants.

C’est donc un scandale qui ne fait que commencer.

A suivre.