HightechNewsslide

Smartphone : le téléphone portable présente un risque d’espionnage, que l’on peut éviter

"Vous devez avoir un smartphone et éviter de l'espionner, ces deux choses ne sont pas possibles ensemble, et les gens doivent comprendre cela."

C’est ce que dit Pim Donkers, le directeur de la société technologique Arma, en décrivant les failles de sécurité des smartphones.

Son entreprise, basée en Suisse, produit des équipements de communication hautement sécurisés.

M. Donkers compare les téléphones intelligents (smartphones) à une ruche dans laquelle n’importe quel tiers peut facilement s’introduire et faire un mauvais usage des données, voire les vendre.

Il déclare, sur un ton d’avertissement, qu’essayer de parler en toute sécurité avec un smartphone est une entreprise qui risque de ne pas réussir.

L’inquiétude de certaines personnes comme lui concernant la sécurité des smartphones s’est accrue avec des affaires récentes telles que le scandale Pegasus, un logiciel élaboré par le groupe israélien NSO.

En juillet, il a été révélé que le logiciel d’espionnage Pegasus peut être installé sur un Android ou un iPhone, et qu’avec son aide, les messages, photos et emails peuvent être extraits du mobile.

Il peut également enregistrer des appels et, avec son aide, le microphone et l’appareil de photo peuvent être actionnés, de sorte que les paroles de l’utilisateur de l’appareil puissent être entendues, et ses photos ou vidéos dévoilées.

Auparavant, on pensait que seuls quelques pays disposaient de cette technologie, mais aujourd’hui, de nombreux pays, individus et petits groupes y ont accès.

Utilisation sécurisée des appareils

A la suite de ces inquiétudes, les clients s’intéressent de plus en plus aux produits vendus sous couvert de sécurité.

Il s’agit notamment des smartphones cryptés et disposant d’options pour la recherche en ligne, les cartes.

Une récente étude américaine a révélé qu’environ 50 % des personnes ont le sentiment que leur activité en ligne est surveillée par le gouvernement. Soixante-douze pour cent des personnes interrogées ont déclaré avoir le sentiment d’être surveillées par des entreprises de publicité, de technologie et autres lorsqu’elles utilisent leur téléphone.

Larry Peng, responsable commercial du fabricant de caméras sécurisées Lotex, déclare : « nous lisons jour et nuit des articles de presse qui parlent de violations de données, de piratages et d’autres types d’intrusions qui font réfléchir les grandes entreprises et les gouvernements. Ceux qui ont promis de nous garder en sécurité font de telles choses dans notre dos pour leur bénéfice. »

En raison de ces appréhensions, des entreprises vendent des appareils mobiles qu’elles décrivent comme ultrasécurisés.

La société finlandaise Bitium vend un téléphone doté d’un mode privé qui désactive son microphone, son appareil photo et le Bluetooth lorsqu’il est activé.

Toutefois, le vice-président de la société met en garde contre le fait que les appareils mobiles ne peuvent assurer la sécurité que si leurs utilisateurs en sont pleinement conscients.

Par exemple, plus vous donnez accès à des applications sur votre mobile, plus votre téléphone devient vulnérable.

Selon Tero Savolin, c’est comme avoir un compte Google non sécurisé, qui ouvre la voie à tout cybercriminel.

Une société américaine appelée Silent Pocket fabrique toute une série de produits – portefeuilles, housses pour ordinateurs portables, sacs de voyage – à l’aide desquels les fréquences radio et sans fil peuvent être bloquées.

Aaron Zar, le fondateur de la société Silent Pocket, affirme que les ventes de ses produits ont augmenté récemment.

D’autres dispositifs sont un peu différents, comme le navigateur Xen, qui protège la vie privée.

Récemment, il a été téléchargé 21 500 fois. Il s’agit de personnes originaires d’Amérique, de la Grande-Bretagne, d’Allemagne, des Pays-Bas et de la Russie.

Dr Michael Huth, de l’Imperial College de Londres, déclare : « En général, tout ce que les utilisateurs font en ligne est suivi. C’est très clair, dès que vous visitez deux fois des produits comme Tik Tok, ils collectent tellement d’informations sur les utilisateurs qu’ils commencent à vous envoyer les vidéos de votre choix », explique Huth.

Selon lui, il s’agit non seulement d’une tentative de contrôle de notre autonomie, mais aussi d’une sorte de restriction de notre liberté.

C’est pourquoi la question de la vie privée est en train de devenir un mouvement mondial, explique Lif Nisson, cofondateur de Zane.

Source: bbc.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page