Finances-CréditNewsslide

Les crédits à la consommation s’essouflent

Les statistiques monétaires dévoilées par la banque centrale laissent entrevoir un ralentissement du rythme de progression des crédits à la consommation ainsi qu’une décélération de l’agrégat monétaire M3. Cet article est une revue de presse du journal Les Inspirations ÉCO

«Des encours de prêts à la consommation affichant un taux de croissance en dessous des 2% depuis le mois de septembre, et en baisse depuis le mois de juillet, pour atteindre une valeur de 55.589 millions de dirhamqs en octobre, des encours de crédit immobiliers en décélération de 3% en octobre après 3,4% en septembre 2021, des encours de crédits à l’équipement en hausse de septembre à octobre passant de 175.459 millions de dirhams à 176.245 millions …». C’est ce qui ressort des derniers chiffres de Bank Al Maghrib rapportés par Les Inspirations ÉCO dans son édition du 2 décembre.

Ainsi, le rythme de la croissance de la masse monétaire ralentit. Ce dernier a connu, selon le quotidien, une décélération à 7,2% en octobre dernier après 7,4% un mois auparavant. Dans cette évolution, il faut inclure «le ralentissement des dépôts à vue auprès des banques de 7,6%, de la circulation fiduciaire de 5,4% et des comptes à terme de 3,3%».

En parallèle, «les avoirs officiels de réserve (AOR) ont progressé de 9,6% en octobre après 3,7% en septembre 2021 et les créances sur l’administration centrale de 8,3% après 7,6%».

L’évolution mensuelle fait ressortir, comme le note le quotidien, que l’agrégat M3 a baissé de 0,4%, en octobre dernier, à 1,545 milliard de dirhams suite à la diminution de 0,7% des dépôts à vue auprès des banques et de 0,9% des comptes à terme. A l’inverse, le quotidien note que la circulation fiduciaire a progressé de 0,6% et les avoirs officiels de réserve de 0,9%, tandis que les créances nettes sur l’Administration centrale ont diminué de 0,7%.

Par ailleurs, Les Inspirations ÉCO souligne la hausse des financements des banques participatives. Les crédits qu’elles ont accordés ont augmenté, en glissement annuel, de 50% à plus de 18,51milliards de dirhams en octobre 2021. Ils sont représentés par des financements sur l’immobilier (15,71 milliards de dirhams), la consommation (1,13 milliard de dirhams), l’équipement (1,53 milliard de dirhams) et la trésorerie (35 millions de dirhams).

«Parallèlement, les engagements des banques participatives ont dépassé 6,44 milliards de dirhams sous forme principalement de refinancement à travers le produit de Wakala bil Istithmar et de dépôts à vue reçus des banques mères», précise le  journal.

Quant aux comptes chèques et comptes courants, ces derniers ont grimpé de 41,9% à plus de 5,02 milliards de dirhams, alors que les dépôts d’investissement ont atteint près de 1,6 milliard de dirhams.

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page