Enseignement : le projet de société promu par le plan Hassad

Mohamed Hassad, ministre de l’Education nationale, a un plan pour rehausser le niveau de performance de l’enseignement au Maroc.

Le volet langues y prend une part de choix. Ainsi, le ministre semble faire de l’enseignement du Français une priorité. La langue de Molière sera ainsi enseignée dès le CP1 dans les écoles publiques (ou ce qui l’on reste) et privées marocaines.

Une mesure qui permettra aux « enfants du peuple » de rattraper leur retard par rapport aux écoliers du système privé. Mais qui devra aussi faire du Français une langue du quotidien là où il n’est aujourd’hui qu’une langue élitiste réservée à l’entreprise.

Après le Français vient l’Anglais. Le plan Hassad prévoit d’introduire l’enseignement la langue de Shakespeare dans les collège dans la rentrée prochaine. Pour rappel, l’Anglis n’est étudié dans le système public aujourd’hui qu’à partir du lycée. Cette  mesure sera généralisée en deux étapes : la 3e du collège l’année prochaine et dès la 1ère année collège à la rentrée 2019-2020.

Mieux, il sera ouvert aux collégiens désireux l’option d’étudier les matières scientifiques en anglais. Une option prévue dans le cadre du bac dit international.

En somme, pour les 30 prochaines années, les Marocains devraient avoir comme langue du quotidien le Français et la Darija et l’Anglais comme langue de travail et de recherche.