Auto-MotoNewsslide

Carburant: le plafonnement des prix acté, à quel prix?!

A défaut d’installer une vraie concurrence entre pétroliers, le gouvernement semble pencher pour la solution de facilité: plafonner les marges pratiquées. Après tout, c’est le volet qui a le plus provoqué l’ire des boycotteurs vu l’explosion scandaleuse des profits après décompensation.

« Lahcen Daoudi met les dernières touches à sa proposition qui sera livrée au gouvernement à la fin de la semaine » apprend-on du site medias24. Ainsi, le marché devra revenir à « une structure des prix négociée avec les opérateurs, avec une marge plafonnée ».

Cette mesure arrangée n’est pas sans soulever des questions:

-S’agit-il d’un retour à une décompensation qui ne dit pas son nom?

-Quelles concessions a fait le gouvernement au GPM pour leur garantir un niveau de revenus similaires à ce qu’aurait permis un marché complètement libre?

-Qui va payer la facture?

-Qu’est ce qui garantit au consommateur le même niveau de qualité avec des prix moins chers?

-Pourquoi se mêler des marges des pétroliers au lieu de juste plafonner les prix car c’est ce que le consommateur exige in fine (en effet, le carburant à 10 dh le litre sera toujours aussi insupportable pour les bourses même si la marge pratiquée n’est que de 0,1 cts)?

-Qu’est ce qui garantit que l’effort de baisse fourni correspondra au maximum qui pourrait être offert au consommateur, notamment lors de baisses considérables à l’international?

-Quid de la communication orientée au consommateur? Sera-t-elle au même niveau de transparence et de détails que le rapport Bouanou?

Il est clair que la crédibilité du gouvernement pour ce qui est de sa capacité à préserver le pouvoir d’achat des citoyens est aujourd’hui bien remise en cause.

Tout en sachant que les groupes pétroliers n’ont agit que dans la limite permise par la réglementation, ces interrogations demeurent ainsi bien légitimes.

Bouton retour en haut de la page