DossiersNuméro 35

La révolution sociale en marche !

Une protection sociale totale pour tous! Au cœur de cette vision, la généralisation de la protection sociale, le combat contre la pauvreté, la création d’emplois, la lutte contre les disparités territoriales…L’objectif est de réduire les inégalités, renforcer la cohésion sociale et garantir la dignité de tous les marocains. Où en est le projet ? Quelles réalisations ? Et que reste t-il à faire ?

La propagation mondiale de la pandémie de Covid-19 a engendré une crise d’une ampleur sans précédent, avec des répercussions sociales et économiques majeures à l’échelle internationale. Sur le plan national, le Maroc a été durement touché, en raison de faiblesses structurelles préexistantes dans certains secteurs, ce qui a exacerbé les difficultés rencontrées par le pays. Le pays a saisi cette crise comme une opportunité de transformer les modes d’organisation et de gestion du pays. Selon l’économiste Mohamed Jadri, « cette transformation exige des réformes structurelles profondes visant à créer les conditions favorables pour la mise en œuvre d’un Nouveau Modèle de Développement » ajoutant que « l’objectif est de limiter les manifestations des crises actuelles à moyen et long termes, et de bâtir un Maroc plus équitable, inclusif, prospère et résilient ». L’aspiration au « Maroc de l’Inclusion », une priorité royale, est au cœur de ce modèle de développement. Pour atteindre cet objectif, « le pays doit atténuer les inégalités sociales en mobilisant les ressources nécessaires, en élaborant et en mettant en œuvre des stratégies efficaces, et en renforçant le système de protection sociale », estime Jadri. La généralisation de la protection sociale, un chantier Royal La nécessité de finaliser les chantiers de réforme dans le domaine social était déjà largement reconnue bien avant l’apparition de la pandémie, comme en témoignent les discours prononcés par le Roi avant 2020. Le premier de ces discours remonte à la célébration de la Fête du Trône le 29 juillet 2018. Il s’agissait d’un discours fortement axé sur les questions sociales dans lequel le Souverain a donné des directives pressantes en matière sociale, exhortant le gouvernement à prendre des initiatives et des mesures urgentes, et soulignant la nécessité de poursuivre les projets et les réformes, quelles que soient les circonstances conjoncturelles. Le deuxième discours est un message adressé par le Roi aux participants à la célébration de la Journée mondiale de la Santé en 2019. Dans ce discours, le Souverain a souligné que la couverture sanitaire universelle n’est pas un objectif hors de portée, et qu’elle n’est pas réservée aux seuls pays développés. De nombreuses expériences ont en effet démontré de manière tangible que cet objectif est parfaitement réalisable, quel que soit le niveau de développement d’un pays. Puis vint l’apparition de la pandémie, qui a accéléré la mise en œuvre de cette réforme majeure. L’élément qui a pris de court l’ensemble des acteurs est l’ampleur de l’emploi dans le secteur informel, estimé auparavant à 2,5 millions d’emplois, alors que la pandémie et les indemnités Covid ont révélé officiellement un chiffre bien plus élevé, soit 4,3 millions de familles selon le ministère de l’Économie et des Finances (dont 2,3 millions de ménages titulaires d’une carte Ramed et 2 millions de ménages non titulaires d’une carte Ramed). Un autre discours royal a été prononcé, notamment le 9 octobre 2020, après l’apparition de la pandémie. Cette fois-ci, le Souverain a fixé des objectifs chiffrés au gouvernement, avec des délais pour les quatre chantiers de cette réforme : la généralisation de l’AMO, les allocations familiales, l’élargissement des régimes de retraite et l’indemnité pour perte d’emploi.
Encadré: La protection sociale au cœur de l’action gouvernementale Dès les premières semaines de son mandat, le gouvernement s’est engagé à préparer le terrain pour la construction d’un système de protection sociale intégré, dépassant les programmes précédents qui n’étaient pas suffisamment ciblés. Des décisions politiques ont été prises pour créer une nouvelle dynamique de développement où le citoyen est au centre des préoccupations de l’État. La protection sociale a été replacée au cœur des politiques publiques, étant considérée comme la pierre angulaire d’un contrat social visant à assurer l’équité et la préservation de la dignité des citoyens. En effet, le Roi Mohammed VI a donné des instructions pour accélérer la mise en place des différentes composantes du système de protection sociale, affirmant la volonté de fournir une protection sociale à tous les Marocains. Il va sans le dire que la promulgation d’une loi cadre pour le projet a constitué une avancée majeure et a donné un coup d’amorce qui a permis non seulement de définir une feuille de route mais aussi un échéancier pour la concrétisation de ce chantier . Aujourd’hui la généralisation de la protection sociale avance à grands pas. Depuis fin 2022, 22 millions de Marocains supplémentaires ont été inclus dans le régime d’assurance maladie obligatoire (AMO), marquant ainsi une véritable révolution sociale. Sous l’impulsion du Roi Mohammed VI, ce vaste projet mobilisera un budget annuel de 51 milliards de dirhams d’ici 2025. Le nombre d’assurés a déjà atteint 23,2 millions au début de l’année 2023, grâce à la couverture médicale offerte par l’AMO et l’AMO-Tadamon, qui incluent la catégorie « Ramed » et les travailleurs non-salariés exerçant une activité privée. A l’occasion du 1er mai, le ministre de l’inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, Younes Sekkouri, a noté qu’environ 2,4 millions de travailleurs non-salariés ont été inscrits à l’Assurance-maladie obligatoire (AMO) au cours des 18 derniers mois. De plus, 340 000 membres de leurs familles ont également bénéficié de ce régime, portant le nombre total de bénéficiaires à 2,74 millions. Parallèlement, près de 6 millions de personnes ont été couvertes par l’AMO Tadamon, un régime entièrement pris en charge par l’État.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page