Viande verte: l’Onssa reconnaît la défaillance de son système

Vous vous souvenez probablement encore très bien du scandale de viande de mouton verte.  C’était l’année passée  à l’occasion de l’Aid El Kébir. L’Onssa à l’époque avait défendu avec toute la puissance qu’elle peut que la responsabilité incombe aux consommateurs et à leur manière d’égorger le mouton. Un an après, l’Office étatique fait un revirement 180° et admet ce qu’il a toujours réfuté comme thèse à savoir une mauvaise alimentation administrée aux bêtes.

En effet, d’après une infirmation rapportée par le journal Al Massae du 19 juillet relayée par le360, le chef de service du contrôle des produits alimentaires de cet Office a reconnu que  «70% des cas d’infection proviennent d’une alimentation à base d’excréments de poulets, 20% à l’absorption de médicaments et 10% par divers autres facteurs».

Mais comment a-t-on pu à ce point contourner le système de contrôle de l’Onssa?!